• BRAVO !!!

    HOPITAL Janet au Havre : la lutte paye, 34 postes créés après plusieurs semaines d'action !

    Publié le 12 juillet 2018 par FSC

    SOURCE : 76 Actu

    Fin de la grève à l’hôpital Janet, au Havre : un compromis trouvé entre syndicats et direction

    Mercredi 11 juillet 2018, l'intersyndicale de l'hôpital Pierre-Janet a entériné le protocole de sortie de crise proposé par la direction du Groupe hospitalier du Havre la veille.

    Il a fallu du temps pour que ce rendez-vous soit fixé. Mardi 10 juillet 2017 à 16h30, l’intersyndicale de l’hôpital psychiatrique Pierre-Janet a rencontré le directeur du Groupe hospitalier du Havre (Seine-Maritime) au sein de la sous-préfecture. Ce rendez-vous de négociations a abouti au vote du protocole de sortie de crise proposé, mercredi 11 juillet 2018, par l’assemblée générale.

    34 postes créés et « des engagements pris »

    Une première version de ce protocole a été rédigée par la direction du Groupe hospitalier du Havre (GHH) et transmise à l’intersyndicale lundi 9 juillet. Le lendemain matin, ils ont répondu par une « contre-proposition remaniée » dudit protocole.

    Principal point d’achoppement, le nombre de postes alloués à l’ouverture d’une unité temporaire de tension à l’hôpital Jacques-Monod, d’une capacité de 22 lits. La direction en avait proposé 15,62. Elle a négocié avec l’intersyndicale, mardi 10 juillet, pour sortir de la crise qui secoue l’hôpital. Jennifer Bouder, déléguée CGT, explique : 

    Depuis le jeudi 5 juillet, nous avons obtenu 4,68 postes supplémentaires pour cette unité. Ils seront redéployés sur Janet et sont donc pérennes. Des engagements ont été pris.

    L’unité sera ouverte jusqu’au 30 novembre avec 19,5 postes. Ces effectifs iront ensuite à l’hôpital Janet. Au total, l’intersyndicale « a obtenu 34,3 postes avec la garantie d’autres créations en extra-hospitalier ». En plus des 19,5 postes, 12,8 seront créés pour un pool de remplacement de nuit, et deux vont renforcer les urgences.

    « Pas à la hauteur » mais « non négligeable »

    Au départ, l’ouverture d’une unité avec la création de 50 postes était réclamée pour mettre fin à la sur-occupation dans l’hôpital. Ce qui fait dire à certains syndiqués qu’il s’agit, mercredi 11 juillet, d’une « victoire institutionnelle » de la direction, même si le communiqué final invoque « la lutte historique » menée.