• BRAVO POUR LES COURAGEUX MANIFESTANTS ET OUI AU REFERENDUM =

    Dimanche 12 août 2012 7 12 /08 /Août /2012 12:11


    Par DESIRS D'AVENIR HERAULT

     

    Les anti-corrida manifestent et réclament un référendum sur les corridas

    Midi Libre.12/08/2012

    corrida contre

     

    Pendant la Feria, des manifestations anticorrida sous forme de sittings, banderoles et distributions de tracts auront lieu aux abords des arènes. Elles sont organisées par le Comité de liaison biterrois pour l’abolition de la corrida ( Colbac), afin de réclamer l’organisation d’un débat public approfondi, conclu par un référendum local sur la poursuite ou l’abolition des corridas biterroises.


    "Que les citoyens biterrois soient consultés sur leur désir ou non d’accueillir de tels spectacles"

    "Cela fait des années que l’on demande que les citoyens biterrois soient consultés sur leur désir ou non d’accueillir dans leur ville de tels spectacles de violence", explique Robert Clavijo, le président du Colbac. Une pétition, maintenant vieille de dix ans, avait récolté 23 000 signatures de Biterrois qui souhaitaient qu’un référendum soit organisé.


    Le maire, Raymond Couderc, n’avait pas souhaité rencontrer l’association et encore moins organiser un référendum qui aurait remis en cause l’existence des corridas qu’il avait lui-même décidé d’accueillir dans les arènes de Béziers. Selon Robert Clavijo, il serait intéressant d’organiser aussi un débat public entre anticorridas, élus et aficionados pour comprendre d’où vient ce besoin pour l’homme de prouver sa puissance par la violence et la mise à mort.


    "Un spectacle pacifiste"

    "Nous voudrions trouver un moyen d’admirer la grâce des toreadors en transformant les corridas actuelles où les animaux et les humains souffrent comme aux temps des combats de gladiateurs en un spectacle pacifiste."


    Pour cela, le Colbac profite donc de ses six jours de corridas aux arènes pour exposer son désaccord. Sur les pancartes, des phrases chocs : "Silence, ici on tue" ou "Ici, on torture".


    En 1995, à l’époque où les portes des arènes s’ouvraient au public gratuitement lors du combat avec le sixième taureau, le comité avait déjà arboré des banderoles du même acabit. Les autorités les avaient alors priés de quitter les lieux sous les insultes et les cris du public.

     

    Tags Tags : , , , ,