• LE TRAITRE REFAIT SURFACE !!!

    SNCF : Laurent Berger au secours de Macron !

    Publié le 14 avril 2018 par FSC

    Comme cela était prévisible les dirigeants de la CFDT volent au secours du pouvoir!

    Ce qui n'est pas nouveau puisqu'en 2003 déjà, en 2010 dans la bataille des retraites la CFDT vait torpillé le mouvement; c'est donc bien une ligne de collaboration et de trahison des intérêts des travailleurs qu'elle met en oeuvre globalement au-delà du conflit SNCF actuel!

    En prétendant voir des ouvertures et une prise en compte des propositions des cheminots au moment même où Macron réaffirme qu'il ira jusqu'au bout et qu'il ne changera rien au cœur de sa contre-réforme!

    Il s'agit donc bien d'une tentative de division et de négociation séparée à laquelle Berger participe dans une véritable mise en scène de "concertation" puisqu'à notre connaissance la ministre ne s'est adressé qu' la CFDT et l'UNSA.

    C'est donc devant les cheminots et devant l'opinion que le débat doit être porté.

    Car ce qui est en jeu et que la CFDT accepte c'est l'ouverture à la concurrence dont elle ne discute que les conditions d'application alors que l'expérience montre que le changement de statut des entreprises publiques en société anonyme est l'étape qui précède la PRIVATISATION !

    Plus que jamais la bataille du rail continue!

    N'en déplaise à Macron et à ses soutiens syndicaux !

     

     

    Sur RTL ce vendredi, EXTRAITS

    Laurent BERGER :

    "les cheminots CFDT ont reçu un courrier de la ministre qui montrait que sur la question de l'ouverture à la concurrence il y avait eu quelques avancées avec la prise en compte d'amendements portés par les cheminots CFDT. Notamment sur la question du volontariat : lorsqu'il y aura un opérateur autre que la SNCF et la possibilité de passer à cet opérateur par volontariat, le fait d'avoir la portabilité des droits ... Et puis il y a quelques amendements et le gouvernement dit qu'il va les soutenir notamment sur la capacité lorsqu'il y a une défaillance de l'opérateur en question d'avoir la possibilité du droit de retour, de réintégration.

    Tout ça ce sont de premiers gestes qui montrent que la méthode des cheminots CFDT est la bonne, c'est-à-dire dire que cette réforme telle qu'elle était présentée n(allait pas, qu'il fallait influer dessus en faisant des propositions précises concrètes; ce qu'ils ont fait; il y a de premières avancées ...

    On pourrait être bloc contre bloc; moi je dis il y a eu des ouvertures ... je dis continuons et je dis au gouvernement continuez d'écouter les cheminots CFDT notamment qui font des propositions, qui sont courageux et qui en même temps continuent de se mobiliser ..."