• PAUVRE PEUPLE DU BRESIL , SI CE MONSTRE EST ELU !!!

     

     

    • Présidentielle au Brésil : une radicalisation de la droite et des classes (...)

    Elections

    Présidentielle au Brésil : une radicalisation de la droite et des classes dominantes

    par Ivan du Roy 8 octobre 2018

     

     

     

     

    Après le premier tour de l’élection présidentielle brésilienne, le 7 octobre, la droite « classique » a été littéralement rayée de la carte dans le pays. Son candidat, Geraldo Alckmin, dont le parti (PSDB) affrontait traditionnellement la gauche au second tour de l’élection présidentielle, n’a même pas dépassé la barre des 5 %. Son électorat – les classes aisées et moyennes des grandes agglomérations du sud et sud-est du pays (notamment São Paulo et Rio de Janeiro) – ont cette fois massivement apporté leur soutien au candidat d’extrême-droite Jair Bolsonaro. Selon l’institut de sondage Datafolha, 54 % des hauts revenus ont ainsi voté pour le candidat qui n’avait pas hésité à rétorquer à une députée, lors d’un débat au Parlement, qu’elle « ne méritait pas d’être violée ». Jair Bolsonaro est ainsi arrivé largement en tête de ce premier tour de la présidentielle, créant la surprise en recueillant 46 % des suffrages – 50 millions de voix –, alors que les derniers sondages le créditaient d’un peu plus de 30 %. Il affrontera, le 28 octobre, le candidat du Parti des travailleurs Fernando Haddad (gauche), distancé à 29 %.

    Paradoxe : l’électorat très diplômé a également préféré l’extrême-droite. Celui qui a déclaré que la dictature militaire « aurait dû tuer 30 000 » opposants [1] y arrive largement en tête, devançant Haddad (gauche) ainsi que le centriste Ciro Gomes, arrivé en troisième position (12,5%). Au Brésil encore plus qu’ailleurs, le diplôme est gage de statut social, de revenus corrects et de reproduction des privilèges. L’accès à l’université ne s’est que récemment ouvert aux classes moyennes inférieures et aux classes populaires grâce aux politiques sociales menées sous les mandats de l’ancien président Lula. Cette « radicalisation » indique que les classes dominantes sont prêtes à tout pour empêcher cette démocratisation de l’enseignement supérieur, dans un contexte de crise économique, d’inflation galopante, de paupérisation des classes moyennes, de scandales politico-financiers et de remontée de la violence. À l’opposé, les classes très pauvres continuent de voter en majorité pour la gauche. Les habitants nord-est du Brésil, l’une des régions les plus pauvres du pays, ont placé Fernando Haddad en tête, à 42 %, contre 23 % pour Bolsonaro.

    30 partis politiques représentés à la chambre des députés

    L’effondrement des partis traditionnels de droite se concrétise aussi à la chambre des députés : le PSDB (néolibéral) perd la moitié de ses députés, comme le PMDB (conservateurs et centristes) [2]. Le parti de Jair Bolsonaro – le PSL (Parti social-libéral) – multiplie par 50 le nombre de ses députés, passant de un à 52 élus ! Un succès en trompe-l’œil : plusieurs de ces députés siégeaient déjà lors de la précédente mandature mais se sont faits réélire sous l’étiquette PSL pour profiter de la vague brune. Malgré la perte de quatorze sièges, le Parti des travailleurs demeure la première formation avec 56 députés. La gauche radicale (PSOL) double le nombre de ses représentants nationaux, passant de 5 à 11. Le Parlement brésilien demeure, comme à l’accoutumée, extrêmement éclaté avec pas moins de 30 partis politiques représentés, dont la moitié compte moins de dix élus.

    Les Brésiliens élisent également les gouverneurs des 26 États composant la république fédérale. À l’issue du premier tour, la gauche – PT et Parti communiste du Brésil – conserve quatre États dans le Nord-Est. Au second tour, l’extrême-droite devrait s’emparer du Roraima, un état du nord amazonien, frontalier du Venezuela et de la Guyane française, où des affrontements avec les migrants vénézuéliens ont défrayé la chronique. Un soutien de Bolsonaro, Wilson Witze, est aussi en bonne position pour conquérir l’État de Rio de Janeiro.

    Quant au second tour de la présidentielle, il est des plus incertain. « Le candidat centriste, Ciro Gomes, a dénoncé le fascisme et devrait donc appeler à voter Haddad pour faire barrage à Bolsonaro. Le candidat de droite Geraldo Alckmin ne s’est pour l’instant pas exprimé », observe Glauber Sezerino, co-président de l’association Autres Brésils. Il en faudra beaucoup plus pour que Fernando Haddad rattrape sont retard de 18,5 millions de voix sur l’extrême-droite. De son côté, Jair Bolsonaro n’a pas organisé de traditionnelle conférence de presse et s’est exprimé via sa page Facebook, dénonçant sans preuves des fraudes dans les urnes électroniques. « Il se prépare ainsi à contester une éventuelle défaite le 28 octobre », commente Glauber Sezerino.

    En photo : « Lui, non », le slogan de celles et ceux qui refusent de voter Bolsonaro / CC Mídia NINJA

    Notes

    [1Entre 1964 et 1985, la dictature militaire a, selon les estimations, assassiné environ 400 personnes et torturé plusieurs milliers d’opposants.

    [2Le PSDB passe de 54 députés à 29 et le PMDB de 65 à 34.