• Publié sur le blog de l'ASSOCIATION D'AMITIE FRANCO-COREENNE =

    11 janvier 2018 4 11 /01 /janvier /2018 22:17

    Dans un article publié le 26 décembre 2017 dans Le Journal russe (édition fédérale n° 7460 / 294), sous le titre "L'année qui aura le visage de Kim" (Jong-un), Fiodor Loukianov, professeur et chercheur à l'Ecole supérieure d'économie, estimait que, la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) ayant atteint son objectif de disposer d'une force de dissuasion nucléaire opérationnelle, s'engagerait sur un retour aux négociations, notamment pour desserrer l'étau des sanctions économiques. Une analyse qui s'est avérée prémonitoire, au regard de l'offre de dialogue du Maréchal Kim Jong-un dans son discours de Nouvel An : après que le dialogue intercoréen eut été renoué à l'occasion des Jeux olympiques de Pyeongchang, au sud de la péninsule, le Président Moon Jae-in de la République de Corée a annoncé être prêt à rencontrer son homologue nord-coréen, tandis que le Président Donald Trump a affirmé qu'il était également prêt à des discussions avec le Président Kim Jong-un. Nous traduisons ci-après du russe l'article de Fiodor Loukyanov. 

    "L'année qui aura le visage de Kim" (Fiodor Loukyanov)

    À la veille du Nouvel An je me suis intéressé auprès d’un collègue japonais à connaître comment à Tokyo on regarde la Corée du Nord et si l'escalade possible de la crise autour des armes nucléaires et des missiles inquiète. À ma surprise, il a réagi tranquillement : il n’y aura probablement plus de provocations, Pyongyang a atteint ses buts (la création d’un potentiel de dissuasion nucléaire) et maintenant il se concentrera sur ses outils diplomatiques. Sa nouvelle tâche sera de réduire la pression sur l'économie, du fait des sanctions, pression qui a considérablement augmenté l’année passée. Washington n’est pas intéressé à une guerre, les généraux qui entourent étroitement Trump ne veulent pas de risques superflus. Mon interlocuteur résumait ainsi : des négociations directes sont possibles en 2018. Ce que cherche depuis le début la RPDC.

    Dans toute l'abondance des très importants événements internationaux de 2017 le problème nord-coréen se trouve mis en relief. Le régime du Djouche, venant par ses racines du système mondial du socialisme de la deuxième moitié du XXe siècle, a expérimenté ce système pendant presque 30 ans. Après la disparition de l'URSS certains croyaient que les jours de Pyongyang étaient comptés. D’abord le principal modèle et soutien avait disparu, ensuite dans les vagues de la démocratisation générale la Corée du Nord était de plus en plus curieusement regardée comme un anachronisme (pour certains simplement comme un pays de sauvages). Mais le scénario s'est trouvé plus capricieux. La famille Kim a tiré la conclusion de la crise de ses anciens alliés, qui tentaient d'apaiser les tensions intérieures par une libéralisation dirigée. Serrer les boulons, ne pas laisser place aux doutes, ne pas faire preuve de faiblesse politique - cette recette a fonctionné. Le pouvoir en RPDC a changé déjà deux fois de mains depuis ce temps, le pays a subi l'épreuve d'une crise économique et d'une terrible famine mais a tenu ferme, et à un moment donné sont apparues de prudentes réformes qui ont permis de passer d’un régime de survie de crise à un modèle de développement original.

    En dehors de la stabilité intérieure il y a un problème de stabilité extérieure, ici la direction nord-coréenne a manifesté aussi son sens politique. Le travail intensif sur le programme nucléaire a commencé bien avant qu'il ne soit devenu clair que les « dictatures hors-normes » quitteront la scène politique non seulement par la force des idées et la pression économique, mais aussi par l'intervention armée. De sorte que leur seule garantie est leur capacité à causer un préjudice inacceptable en retour. Saddam Hussein, Mohamar Kadhafi... s’en sont occupés mais en observant de près on voit combien fut lamentable le destin de ceux qui ont hésité dans cette voie. Le chef de la RPDC est un joueur très prudent et qui comprend ce qu’il fait.

    2017 a été l’année décisive. D'une part, une série d’actions ostentatoires de Pyongyang d’essais nucléaires et de lancement de missiles, l'ignorance complète de la réaction de la communauté internationale. D’autre part les menaces du côté des États-Unis jusqu'à la déclaration du président Trump à la tribune de l'Assemblée Générale de l'ONU sur sa volonté d’anéantir la Corée du Nord. Au milieu de l’année on a commencé à parler sérieusement de la possibilité d’une guerre. Vers l'automne on a commencé à en voir apparaître les contours. La pression des sanctions au Conseil de sécurité de l'ONU a atteint presque le niveau maximum. Mais rien ne s'est passé. Et maintenant on se met à parler d’une possible détente.

    Dans toute cette histoire il y a deux composantes. L’une est liée à la spécificité du régime nord-coréen, extrêmement original et personnalisé. La volonté de Kim Jong-un d’aller tout droit courageusement et d’élever les enjeux impressionne, de plus la plupart des observateurs reconnaissent que le leader de la RPDC est très prudent et agit en complète compréhension de la situation.

    Mais il y a une autre composante. La crise nord-coréenne est un exemple caractéristique de ce qui se produit quand le système international demeure en état de déséquilibre, que tous les acteurs clés sont occupés par la résolution de leurs propres problèmes et ne sont pas intéressés par le dénouement des problèmes complexes. Kim Jong-un longtemps avant Trump a formulé pour lui-même son principal slogan : "la Corée du Nord - avant tout". C'est pourquoi Kim n'est pas du tout troublé par la réaction du dehors, il ne démord assurément pas de sa ligne. Il sait aussi que malgré les votes unanimes au Conseil de sécurité, les grandes puissances ne se retrouveront pas dans une approche commune du problème nucléaire dans la péninsule coréenne. La nécessité du maintien du régime de non-prolifération n'est contestée par personne, mais pratiquement tous ont d'autres buts et priorités propres.

    2017 a démontré définitivement la sortie des anciens schémas, le changement des modèles de conduite, considérés comme des axiomes durant les trois dernières décennies. À l'avant-garde les États-Unis dont le tournant « vers leurs propres affaires » n'a pas commencé avec Trump mais est devenu évident et clair. L'Amérique ne refuse pas la première place, mais ne prétend plus au « poste de leader global ». Cela influence tous les autres et ouvre des possibilités pour les autres acteurs mais les plonge aussi dans un état de désarroi. Pour certains, la domination des États-Unis était devenue un état naturel et le point de départ pour adapter leur propre conduite et ils ne savent pas trop que faire, quand la force prédominante tourne le dos.

    Dans ce contexte la stratégie de la Corée du Nord, qui s'est toujours orientée vers elle-même, en préférant compter sur ses propres forces, se trouve plus adaptée dans ces nouvelles conditions. Un résultat inattendu.

    Traduction du russe en français YB.

    Article original en russe : 

     
     

    Partager cet article