• Publié sur le MEDIASCOPE =

    Benalla aurait obtenu un passeport diplomatique après sa sanction

    Alexandre Benalla aurait obtenu un passeport diplomatique après sa sanction 

    LE MEDIASCOPE |LOGO © www.lemediascope.fr 5.8.2018• Article mis à jour le 5.8. 2018•/ article publié édité et mis en une par la rédaction.

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d’audiences et vous proposer une navigation optimisée, des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts ainsi que la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux.

    l’Elysée avait pourtant affirmé qu’après sa sanction Alexandre Benalla

    avait vu ses prérogatives limitées à des fonctions de logistiques

    L’existence d’un passeport diplomatique, réservé aux diplomates et anciens chefs d’État français, avait dans un premier temps été évoquée par Le Monde, dès le 25 juillet dernier puis a été confirmée par plusieurs titres de presse.

    L’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron se serait vu délivrer un passeport diplomatique le 24 mai malgré sa mise à pied après les violences du 1er mai.

    En plus d’un badge H permettant l’accès libre à l’Assemblée nationale, on en sait plus sur un passeport diplomatique qui aurait été délivré à Alexandre Benalla.

    L’ancien collaborateur de l’Élysée aurait obtenu ce passeport, trois semaines après sa mise à pied de quinze jours pour des violences sur plusieurs manifestants lors des rassemblements du 1er mai.

    Pourtant l’Elysée avait affirmé qu’après sa sanction Alexandre Benalla avait vu ses prérogatives limitées à des fonctions de logistiques.

    L’obtention d’un passeport diplomatique, document délivré uniquement par le ministère des Affaires étrangères était-elle justifiée par ces nouvelles fonctions.

    Dans plusieurs titres de presse on peut lire notamment « aucun membre du GSPR (groupe de sécurité de la présidence de la République, NDLR) ne dispose de ce genre de passeport ».

    Ni l’Élysée ni le ministère des Affaires étrangères n’ont confirmé cette information.

    Après l’affaire Benalla, l’attribution des badges à l’Assemblée

    sera moins simple

    Le bureau de l’Assemblée a réformé l’attribution des badges pour les représentants de l’exécutif.

    Il sera désormais plus compliqué pour les collaborateurs de l’exécutif d’accéder à la salle de sport de l’Assemblée nationale.

    François de Rugy, le président de l’institution, a en effet souhaité prendre des dispositions après l’indignation de certains députés lors de l’affaire Benalla. Ils ne comprenaient pas comment le collaborateur de l’Élysée a pu disposer d’un badge d’accès privilégié au Palais Bourbon.

    Le bureau de l’Assemblée nationale a convenu à la «quasi-unanimité», mercredi 1er août, que désormais l’attribution des badges permanents soit «réservée exclusivement aux directeurs de cabinets et aux conseillers parlementaires/ politiques».

    Un directeur de cabinet aura cependant «la possibilité de demander que son badge soit attribué à un collaborateur de son choix et pour la durée des fonctions de celui-ci», est-il toutefois spécifié. Cette limitation ne concerne donc que les membres des cabinets des ministères et non les collaborateurs des députés, qui travaillent quotidiennement à l’Assemblée.

    Alexandre Benalla a utilisé son badge

    pendant sa suspension

    Cette mesure ne devrait pas calmer toutes les critiques. Contrairement à ce que ses avocats ont assuré dans un premier temps, Alexandre Benalla était de passage à Paris le 16 et 17 mai, comme l’attestent les données de son badge d’accès, a révélé Le Figaro mardi 31 août. Une information ensuite confirmée par l’Assemblée. Il faut rappeler que l’ancien collaborateur de l’Élysée était alors sous le coup d’une mise à pied de quinze jours, du 4 au 19 mai.

    C’est sur l’application de la sanction, prise à l’encontre de l’ex-chargé de mission que cCes informations jettent de nouveau le doute.