• PUBLIE sur le MEDIASCOPE =

    « M. Benalla a menti » selon l’avocat du couple agressé

    Affaire Benalla : l’enquête « permet d’établir que les deux victimes de M. Benalla n’étaient pas des casseurs » estime l’avocat du couple violenté par Alexandre Benalla  place de la Contrescarpe à Paris.

    LE MEDIASCOPE |LOGO © www.lemediascope.fr 7.8.2018• Article mis à jour le 7.8. 2018•/ article publié édité et mis en une par la rédaction.

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d’audiences et vous proposer une navigation optimisée, des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts ainsi que la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux.

    « M. Benalla a menti » selon l’avocat du couple

    agressé  à Paris

    Le couple de la Contrescarpe avait bien donné son identité.

    Selon l’avocat du couple violenté par l’ex chargé de mission à l’Élysée place de la Contrescarpe à Paris,  » la défense de M. Benalla essaye de les faire passer pour des casseurs pour tenter de justifier la façon dont ils ont été molesté. »

    Il précise que de nouveaux éléments et l’information judiciaire « permettent d’établir que les deux victimes de M. Benalla n’étaient pas des fauteurs de troubles, mais des personnes qui étaient de passage place de la Contrescarpe », affirme l’avocat ce mardi sur France Info.

    L’avocat du couple molesté par Alexandre Benalla le 1er mai à Paris affirme que « M. Benalla a menti, dans le cadre de la procédure, mais également devant les médias ». Le jeune couple est l’objet d’une enquête préliminaire depuis juillet.

    « La défense de M. Benalla essaye de les faire passer pour des casseurs pour tenter de justifier la façon dont ils ont été molestés, mais, aujourd’hui, les faits ressortent et l’information judiciaire permet d’établir que les deux victimes de M. Benalla n’étaient pas des fauteurs de troubles, c’étaient des personnes qui étaient de passage place de la Contrescarpe » estime Me Sahand Saber.

    « Une logique politique et non judiciaire »

    ( l’avocat  du couple)

    L’avocat estime que les premiers éléments de l’enquête révèlent que le cuisinier et la graphiste n’étaient pas des « casseurs » venus spécialement en découdre. Le couple affirme être venu dans le quartier boire un verre et s’être retrouvé face à des forces de l’ordre en train de charger. Leur avocat reconnaît par ailleurs que ses clients ont bien lancé des projectiles en direction des CRS, et regrette un « geste déplacé ».

    L’avocat ajoute « Ils ne présentent pas du tout le profil de Black Blocs, n’ont pas de casier judiciaire et ne sont pas connus par les services de police. On peut dire, aujourd’hui, au vu de ces informations-là, que M. Benalla a menti, dans le cadre de la procédure, mais également devant les médias ».

    Le 1er mai place de la Contrescarpe, plusieurs dizaines de personnes ont été interpellées en même temps que le couple agressé. Toutes les personnes interpellées ont été relâchées dans la soirée à l’exception du le jeune couple qui fait l’objet d’une enquête préliminaire

    Leur avocat dénonce depuis juillet « Des poursuites dans une logique politique, pas judiciaire ».

    Le 26 juillet dernier, Alexandre Benalla déclarait dans son interview au journal Le Monde pour justifier son intervention musclée : « C’était les plus agités de la bande, la fille essaie de saisir une table, elle n’y arrive pas, elle jette une chaise. Son copain se met au milieu de la place, il jette une bouteille qui arrive sur la tête d’un CRS (…)  Elle est hystérique et lui aussi » expliquait-il.