• 6 Mai 2016

    Publié par El Diablo

    François Ruffin présente Merci patron! à Villeneuve-d'Ascq (Nord), le 24 mars 2016. (MAXPPP)

    François Ruffin présente Merci patron! à Villeneuve-d'Ascq (Nord), le 24 mars 2016. (MAXPPP)

    Journalisme engagé, critique des médias et France périphérique : qui est François Ruffin, l'inspirateur de Nuit debout ?

    Son documentaire dépasse les 300 000 entrées en salles et a impulsé le mouvement Nuit debout. Place de la République, à Paris, François Ruffin est devenu une référence.

    Difficile d'être passé à côté ces derniers temps. Chez Laurent Ruquier sur France 2, au "Grand journal" de Canal+… Que ce soit pour débattre de la loi Travail ou évoquer son documentaire Merci patron !, François Ruffin enchaîne les plateaux télé. Alors du temps à accorder aux confrères et consœurs qui voudraient le rencontrer, le journaliste en a peu.

    Lorsqu'il finit par nous recevoir dans un appartement haussmannien du 10e arrondissement parisien, c'est enfoncé dans un fauteuil noir, les yeux fatigués par le mois qu'il vient de passer à veiller, place de la République, avec les partisans du mouvement Nuit debout – et les journées à courir après Myriam El Khomri au ministère du Travail.

    La silhouette longiligne, une casquette vissée sur la tête, sa chemise surmontée d'un t-shirt blanc marqué "I love Bernard" (pour Bernard Arnault, le PDG de LVMH contre lequel il livre bataille dans son documentaire) et le verbe haut, François Ruffin se bat pour ses convictions. 

    "On voulait faire converger différentes luttes"

    23 février 2016, à Paris. Ce jour-là, à la Bourse du Travail, c'est lui qui organise avec l’équipe de son journal satirique Fakir une soirée intitulée "Leur faire peur". "Leur" c'est l'oligarchie, les cols blancs, les possédants. Dans le public, l'ancien "Continental" Xavier Mathieu, des syndicalistes d'Air France, des membres de la Confédération paysanne, ou encore des militants anti-aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

     

    POUR LIRE LA SUITE DE L'ARTICLE, CLIQUEZ SUR LE LIEN CI-DESSOUS:


  • 6 Mai 2016

    Publié par El Diablo

    Affiche de la CGT info'com (source: infocomcgt;fr)

    Affiche de la CGT info'com (source: infocomcgt;fr)

    APPEL contre L'USAGE des Flash-Ball et LBD
    APPEL contre L'USAGE des Flash-Ball et LBD

    Lors de la manifestation du 28 avril contre la loi El Khomri, un étudiant de Rennes a perdu un œil suite à un tir de LBD, plus puissant que le Flash-Ball. Dans cet appel diffusé le 1er mai, nous demandons l'interdiction de ces armes qui ont fait une quarantaine de blessés graves entre 2014 et 2015.

    D’après l’Association des chrétiens pour l’abolition de la torture, ACAT, en France, entre 2004 et 2015, 39 blessés graves et un mort sont imputables à l’usage de ces armes intermédiaires, « essentiellement des jeunes et des personnes issues de minorités visibles ».

    Le 16 juillet passé, le Défenseur des droits, Jacques Toubon, a recommandé « d’interdire l’usage » du Flash-Ball superpro « dans un contexte de manifestation ». Il a aussi demandé « la réintroduction de certaines précautions d’emploi (zones de tir, avertissements) » pour l’usage des LBD, lanceurs de balles de défense 40/46, une arme plus puissante et plus précise que le Flash-Ball. 

    Malheureusement, le ministre de l’Intérieur, le 22 juillet 2015, s’est opposé à ces mesures. Malheureusement, une nouvelle fois, un étudiant de Rennes, lors de la manifestation du 28 avril contre la loi El Khomri, a perdu un œil suite à un tir d’une de ces « armes intermédiaires », probablement un LBD.

    En citoyens, nous demandons à l’État de faire enfin droit à toutes les recommandations du Défenseur des droits.

    En parents, nous demandons l’interdiction de l’usage des LBD.

    [Références : ACAT, L’ordre et la force, enquête sur l’usage de la force par les représentants de la loi en France. Défenseur des droits, Décision 147 du 16 juillet 2015.]

    Signataires :

    Arié Alimi, avocat ; Clementine Autain, porte parole de Ensemble!; Étienne Balibar, professeur de philosophie ; Françoise Balibar, professeur émérite de physique ; Julien Bayou, porte parole EELV; Fethi Benslama, professeur de psychopathologie clinique ; Olivier Besancenot, facteur; Laurent Binet, romancier ; Sylvain Bourmeau, journaliste ; Dominique Cabrera, cinéaste ; Philippe Caubère, comédien, auteur, metteur en scène; Daniel Cohn-Bendit ; Antoine Comte, avocat ; Eric Coquerel, conseiller régional; David Cormand, secrétaire national EELV ; Rokhaya Diallo, journaliste, auteure, réalisatrice ; Pascal Durand, député européen ; Annie Ernaux, écrivaine; Aurélie Filippetti, députée, ancienne ministre ; Léon Lef Forster, avocat ; Christophe Girard, maire du 4e Arrondissement de Paris; Raphaël Glucksmann, essayiste ; Robert Guédiguian, réalisateur ; Georges Kiejman, avocat, ancien ministre ; Pierre Laurent, sénateur communiste; Robert Linhart, écrivain ; Virginie Linhart, auteur, réalisatrice ; Philippe Marlière, politiste ; Noël Mamère, député ; Jean-Luc Mélenchon, député européen, ancien ministre ; Gérard Mordillat, romancier, cinéaste ; Edwy Plenel, journaliste; Judith Revel, philosophe ; Christian Salmon, écrivain et chercheur; Jean-Marc Salmon, chercheur en sciences sociales ; Danielle Simonnet, conseillère de Paris; Dominique Tricaud, avocat.

     

    SOURCE:


  • la répression syndicale frappe la CGT Rennes PSA

    Publié le 6 mai 2016 par FSC

    la répression syndicale frappe la CGT Rennes PSA
    la répression syndicale frappe la CGT Rennes PSA

    Signes de l'inquiétude face au mouvement qui s'ancre et à la résistance ouvrière la répression patronale, judiciaire et gouvernementale se fait plus lourde en condamnant après les Goodyear un travailleur à de la prison ferme.

    Plus que jamais solidarité!

    PSA un militant CGT de PSA Rennes condamné à deux mois de prison ferme

     

    Communiqué de : CGT PSA  – lundi 2 mai 2016

    Fabrice Roulliaux militant CGT de PSA Rennes condamné à deux mois ferme !

    Yann Tavernet militant CGT PSA Tremery Condamné à 500 € d’amende

    La Justice du Gouvernement Valls continue à s’en prendre aux militants CGT et à la liberté de manifester dans le cadre de la mobilisation contre la loi travail.

    Après avoir condamné Joël Moreau, ancien Délégué Central du groupe PSA et militant CGT de PSA Mulhouse, a une peine d’amende, la Justice vient de condamner notre camarade Fabrice Roulliaux délégué CGT à l’usine de PSA Rennes à deux mois de prison ferme.

    Nos deux camarades sont grossièrement et faussement accusés de rébellion.

    Ils ont bien sûr contesté en bloc les accusations mensongères dont ils faisaient l’objet et font logiquement appel des décisions.

    Fabrice écope d’une peine de prison ferme car il refuse d’accepter la peine de 120 heures de TIG (Travaux d’Intérêt Général).

    Il est aussi condamné à 600 € d’amende pour avoir refusé de donner son ADN.

    Accepter cette peine c’était reconnaitre d’avoir commis un délit. Pour Fabrice, il n’en était pas question.

    La CGT de PSA apporte son soutien total à ses militants CGT et dénonce avec la plus grande fermeté cet acharnement du pouvoir politique de faire passer des militants syndicaux pour des délinquants.

    Ce sont des procès politiques !

    Si le Gouvernement pense pouvoir faire baisser la tête et intimider les militants de la CGT par cette politique de répression, il fait fausse route.

    La CGT de PSA exige l’annulation complète des peines et la relaxe pure et simple de Fabrice et de Yann.


  • Comment faire aimer la guerre aux progressistes [2/3]

    Préambule
    
    Qui ne connaît pas Avaaz, au moins pour avoir signé une fois une pétition ? Mais qui connaît vraiment Avaaz ? En trois parties, une enquête fouillée sur l'organisation de défense en ligne américaine qui revendique plus de 41 millions de membres dans le monde entier. Or Avaaz a poussé des progressistes à soutenir les guerres humanitaires étasuniennes en Libye et en Syrie par la propagation d’idées lénifiantes, par exemple sur les zones d’exclusion aériennes. 
    John Hanrahan

    Par John Hanrahan – Le 14 avril 2016 – Source consortiumnews.com

    Les origines d’Avaaz  : les fondateurs et les bailleurs de fonds

    Même dans la communauté étasunienne progressiste, Avaaz est beaucoup moins connue que son organisation sœur. Pour mettre Avaaz en perspective, un petit retour en arrière est nécessaire.

     

    Avaaz a été créée en 2006 et lancée officiellement en 2007, par l’action civique MoveOn.org et le petit groupe mondial de défense, beaucoup moins connu et qui lui est étroitement lié, Res Publica, Inc. Son important soutien financier est venu du philanthrope libéral George Soros et de ses fondations Open Society (alors appelé Open Society Institute).

    Les fondateurs individuels d’Avaaz incluaient trois de ses actuels dirigeants – Ricken Patel, Eli Pariser et Thomas Pravda – ainsi que Thomas Perriello, Andrea Woodhouse, Jeremy Heimans et David Madden. (Plus de détails sur eux ci-dessous.)

    Si vous ne savez pas beaucoup de choses sur Avaaz, ou si vous pensez à elle, comme je l’ai longtemps fait, comme à une entité non étasunienne (en fait, son siège est à New York), ce n’est pas surprenant. En effet, beaucoup de ses campagnes ciblent des pays spécifiques autres que les États-Unis, et seulement un petit peu plus de 5% de ses 43.1 millions de membres y habitent. (Est membre quiconque a signé une fois une pétition Avaaz – et cela m’inclut.)

    Pourtant, même ce petit pourcentage étasunien équivaut à 2.3 millions de personnes – un nombre qui rendrait envieuses la plupart des organisations militantes aux États-Unis. (À titre de comparaison, l’organisation affiliée d’Avaaz, MoveOn.org, revendique plus de 8 millions de membres.)

    Le nombre de membres américains d’Avaaz est à peu près le même que celui des Allemands (2.2 millions), et beaucoup moins que la France, avec 4.3 millions, et le Brésil, avec un énorme 8.8 millions de membres. D’autres pays comptant plus d’un million de membres Avaaz comprennent l’Italie (2.1 millions), l’Espagne (1.8 millions), le Royaume-Uni (1.6 million), le Mexique (1.4 million), le Canada (1.2 million). L’Inde a 991 000 membres et la Russie 901 000. Dans l’ensemble, Avaaz affirme avoir des membres dans 194 pays, et son plus petit nombre d’adhérents – 81 – se trouve dans le territoire d’outre-mer britannique de Montserrat, pour une population de 5 100 habitants.

    Avaaz est organisée sous le nom de Fondation Avaaz, un groupe de pression à but non lucratif 501(c)(4), dont le siège est à Manhattan. Elle se décrit elle-même comme ayant «une simple mission démocratique  : combler l’écart entre le monde que nous avons et celui que veulent la plupart des gens partout dans le monde».

    Dans le plus récent Form 990 filing déposé à l’Internal Revenue Service, signé en septembre 2015 pour l’année fiscale 2014, Avaaz a fait état de contributions totalisant $20.1 millions et des actifs nets de $7.6 millions. Avaaz, qui dit qu’elle est entièrement financée par ses membres, avait auparavant déclaré qu’elle n’acceptait pas de contribution unique de plus de $5 000, mais cela n’a pas été le cas en 2014, puisque l’organisation a rapporté que 18 individus avaient contribué pour des montants allant de $5 000 à $15 383. Les noms des contributeurs ne figuraient pas dans le document déposé. Depuis environ 2010, l’organisation est considérée comme n’acceptant pas les donations d’entreprises ou de fondations – bien qu’elle ait reçu des subventions totalisant $1.1 million des fondations liées à George Soros au cours des trois années précédentes.

    En réponse à notre demande sur le financement d’Avaaz et son lien, au début, avec Soros, la directrice de campagne Nell Greenberg a répondu  : «En ce qui concerne le financement d’Avaaz, ce mouvement a été fondé avec l’idéal d’être totalement autosuffisant et démocratique. 100% du budget d’Avaaz provient de petits dons en ligne. [] Avaaz n’a jamais accepté de contribution d’un gouvernement ou d’une entreprise, et depuis 2009, n’a pas sollicité d’aide auprès de fondations caritatives.»

    Elle a poursuivi  : «Nous avons reçu une aide au démarrage de l’Open Society Foundation de George Soros, mais pas après 2009. Aucune grande société, fondation ou membre du conseil n’a une influence sur les orientations ou les positions des campagnes de l’organisation. C’est extrêmement important de garantir que notre voix soit déterminée exclusivement par les valeurs de nos membres, et pas par un grand bailleurs de fonds ou un agenda quelconque.»

    Sur les quatre administrateurs actuels d’Avaaz, seul le directeur général Ricken Patel était indiqué comme travaillant à plein temps, avec un salaire annuel de $177 666 pour 2014. Le président Eli Pariser, le trésorier Thomas Pravda et le secrétaire Ben Brandzel ne sont pas employés sur une base quotidienne et aucun n’a reçu d’indemnisation en 2014. Sur les 77 employés d’Avaaz, les cinq membres du personnel qui touchent les indemnités les plus élevées après Patel, ont reçu des salaires s’établissant entre $111 000 et $153 000.

    Pour ses diverses campagnes intérieures et à l’étranger, Avaaz a rapporté avoir fourni en 2014 $3.2 millions de subventions aux organisations étasuniennes et $932 000 aux organisations étrangères. Les subventions de plus de 5 000 dollars sont réparties en cinq catégories, où les plus importants bénéficiaires sont le Fonds des États-Unis pour l’UNICEF ($1 million pour la formation des réfugiés syriens) et le Fonds forêts tropicales ($1 million pour la conservation des terres et des espèces).

    Pour aider à combattre le virus Ebola, Avaaz a fourni $500 000 à l’International Medical Corps, $350 000 à Save the Children et $300 000 à Partenaires pour la santé. Pour organiser en septembre 2014 la Marche mondiale pour le climat à New York, Avaaz a accordé $27 500 à Align et $10 000 au New York Public Interest Research Group (NYPIRG). Pour compléter la liste, une subvention de $10 000 est allée à Amazon Watch pour «la protection de l’Amazonie».

    Pour ses activités hors des États-Unis, c’est en Europe qu’Avaaz a dépensé le plus pour des campagnes, la publicité et le conseil – $6.2 millions. L’Amérique du Sud vient loin derrière avec $685 000 pour des services de conseil, suivie par l’Asie de l’Est et le Pacifique, avec $553 000 pour des campagnes et des services de conseil. Les dépenses dans cinq autres régions vont de $45 000 à $270 000.

    Avaaz a rapporté que la fondation est toujours composée des deux mêmes organisations membres – l’action civique MoveOn.org et Res Publica, Inc. (U.S.) – les groupes fondateurs originels.

    Res Publica, une organisation 501(c)(3), indique la même adresse à Manhattan que la 501(c)(4) Avaaz, et fournit sans doute une aide non spécifiée à cette dernière. Au début d’Avaaz, les trois directeurs de Res Publica étaient Patel, Pravda et Perriello, précédemment cités. Les trois hommes avaient tous servi à l’International Center for Transitional Justice, qui «aide les pays traquant les responsabilités d’atrocités massives et les violations passées des droits humains». Déjà à l’époque, selon certaines sources, Avaaz indiquait l’Union internationale des employés des services et GetUp.org, basée en Australie, comme organisations co-fondatrices, mais celles-ci semblent ne plus faire partie du tableau depuis longtemps.

    Dans le plus récent Form 990 filing déposé par Res Publica à l’IRS pour 2013, Patel est indiqué comme directeur général, Pravda comme trésorier et Vivek Maru comme secrétaire. Aucun n’a touché d’indemnités. Les contributions pour 2013 se montaient au total à $963 895, dont $846 65 provenaient de subventions gouvernementales pour des buts non spécifiés. L’organisation a rapporté qu’elle «fournit des conseils stratégiques à d’autres organisations sans but lucratif [] et propose des campagnes éducatives et basées sur l’action par e-mail à des citoyens dans tous les pays, via son site internet». Elle a aussi dit qu’elle soutenait des projets «à travers du parrainage fiscal centré sur la sécurité en ligne et la liberté d’internet pour les communautés réprimées dans le monde []».

    Voici les profils des co-fondateurs d’Avaaz et de ses responsables passés et présents  :

    Eli Pariser : président d’Avaaz et co-fondateur

    Eli Pariser a été directeur général de MoveOn.org de 2004 à 2009, lorsque l’organisation a connu une croissance explosive et il a été son président depuis lors. MoveOn, selon une biographie en ligne de Pariser, «a révolutionné le mode d’organisation politique, en introduisant un modèle financé par de petits donateurs et axé sur internet, largement utilisé depuis lors par tout le spectre politique».

    En plus d’être un des fondateurs d’Avaaz et son président actuel, Pariser, basé à Brooklyn, a été un membre des conseils d’administration d’Access et du New Organizing Institute. Auteur à succès et ancien membre de l’Institut Roosevelt, Pariser a co-fondé et dirige la société de presse en ligne Upworthy. Actuellement, il est aussi membre du conseil consultatif des programmes étasuniens des fondations Open Society de George Soros.

    Nous aimerions souligner que Pariser semble être l’un des rares fondateurs et dirigeants d’Avaaz, dont les antécédents relèvent presque entièrement de l’activisme sur internet, tandis que certains autres ont une expérience gouvernementale ou à l’étranger, pour avoir travaillé dans des programmes de lutte contre la grande pauvreté et/ou dans des pays en guerre.

    Nous avons posé plusieurs questions à Pariser le 9 mars, mais au moment où nous écrivons ces lignes il n’avait pas répondu.

    Ricken Patel : directeur exécutif et co-fondateur d’Avaaz

    Avant la fondation d’Avaaz en 2007, Ricken Patel, d’origine canadienne, était consultant pour un grand nombre d’organisations internationales bien établies et sans but lucratif – l’International Crisis Group, les Nations Unies, la Fondation Rockefeller, la Fondation Gates, l’Université de Harvard, CARE International et l’International Center for Transitional Justice. Il a travaillé dans plusieurs pays, dont la Sierra Leone, le Liberia, le Soudan et l’Afghanistan. Il a aussi été le directeur exécutif fondateur de Res Publica, affiliée à Avaaz, qui, parmi ses projets passés, «a travaillé pour mettre fin au génocide du Darfour». En tant que directeur exécutif d’Avaaz depuis le début, Patel est le visage de l’organisation et il a été qualifié de «leader mondial de la protestation en ligne» par The Guardian.

    Thomas Pravda : trésorier et co-fondateur d’Avaaz

    Par deux de ses co-fondateurs – Tom Perriello et Thomas Pravda – Avaaz a des connexions dans les administrations gouvernementales des États-Unis et du Royaume-Uni. Perriello (voir plus bas) est aujourd’hui envoyé spécial du Département d’État en Afrique pour la région des Grands Lacs et le Congo Kinshasa.

    Pravda officie actuellement en tant que trésorier (non rémunéré) et est un des directeurs d’Avaaz, tout en occupant un poste de diplomate pour le ministère des Affaires étrangères pour le Royaume-Uni et le Commonwealth, communément connu sous le nom de Foreign Office. Il est aussi co-fondateur et dirigeant à Res Publica.

    Comme le Foreign Office est «responsable d’assurer la protection et la promotion des intérêts britanniques dans le monde», cela pourrait ouvrir d’éventuels conflits d’intérêt, par rapport aux relations étrangères et aux questions militaires du Royaume-Uni et des États-Unis susceptibles d’être traitées par Avaaz. Cela peut inclure la défense par l’organisation d’une zone d’exclusion aérienne en Syrie, à laquelle tant les États-Unis que le Royaume-Uni pourraient s’attendre à participer. Notre enquête, cependant, n’a trouvé aucun exemple de quiconque soulevant une question précise sur le double rôle de Pravda en tant que diplomate britannique et directeur d’Avaaz, mais cette relation semble à première vue problématique.

    La biographie fournie par Pravda lui-même, montre qu’il a travaillé pour le Foreign Office depuis octobre 2003 et pour Avaaz depuis 2006, et qu’il a aussi été conseiller du Département d’État américain en 2009 et 2010 pour la République démocratique du Congo.

    Dans ses missions diplomatiques, Pravda a travaillé sur la politique du commerce et du développement de l’Union européenne, en tant que conseiller auprès du Représentant spécial pour le changement climatique, et en tant que représentant diplomatique du Royaume-Uni à Goma, en République démocratique du Congo. Il a aussi été consultant sur des questions de politique, de sécurité, de recherche et de défense pour des institutions comme le Département d’État américain, le Programme de développement des Nations Unies, l’International Center for Transitional Justice et Oxford Analytica.

    Ben Brandzel : secrétaire et co-fondateur d’Avaaz

    En plus d’œuvrer actuellement comme secrétaire (non rémunéré) d’Avaaz, Ben Brandzel est fondateur et directeur d’OPEN (Online Progressive Engagement Network), décrit comme une alliance des principales organisations militantes numériques nationales. À part être un membre fondateur du conseil de direction et militant chevronné d’Avaaz, Brandzel est le conseiller en chef pour les groupes membres d’OPEN au Royaume-Uni, au Canada, en Nouvelle-Zélande et en Irlande. Il a aussi été le premier directeur des revendications pour MoveOn.org et, en 2009-2010, il a dirigé les campagnes dans les nouveaux médias et de recherche de fonds pour le président Obama pendant la campagne sur la réforme de la santé. Il écrit souvent sur l’organisation numérique et la construction du mouvement transnational.

    Tom Perriello : co-fondateur d’Avaaz

    Si je devais nommer un suspect principal parmi les fondateurs d’Avaaz comme architecte de la défense d’une zone d’exclusion aérienne en Libye et en Syrie, ce serait Tom Perriello. Plus lié que quiconque à Avaaz dès ses premiers jours, Perriello, depuis qu’il a quitté l’organisation – d’abord pour le Congrès, puis pour le monde des cercles de réflexion, avant de rejoindre le Département d’État américain – s’est révélé être un défenseur fiable de la guerre  : pour poursuivre la guerre en Afghanistan, pour bombarder la Libye et renverser Kadhafi, et pour prendre des mesures militaires en soutien aux rebelles syriens et chasser Assad du pouvoir.

    Perriello défend la cause de l’intervention humanitaire et a salué les bombardements de l’Otan en Libye – avant la victoire des USA/Otan là-bas, et avant que le pays aille par la suite en enfer – comme un excellent exemple de la manière dont cette approche peut réussir.

    Nous avons demandé à Avaaz si l’opinion de Perriello avait influencé les campagnes de l’organisation en faveur de zones d’exclusion aériennes en Libye et en Syrie, et nous avons reçu un démenti solennel de Greenberg  : «Tom Perriello, en particulier, était membre du conseil d’Avaaz lors de la fondation de l’organisation, mais il n’en fait plus partie depuis décembre 2009 et il n’a eu aucun rôle dans les campagnes d’Avaaz sur la Syrie.»

    La carrière de Perriello, comme celle d’autres à Avaaz, a relevé davantage de service public, à travers des organisations bien établies, que du militantisme. Selon une biographie en ligne, en 2002-2003, Perriello était conseiller spécial du procureur international du Tribunal spécial pour la Sierra Leone, puis a été consultant pour l’International Center for Transitional Justice au Kosovo (2003), au Darfour (2005) et en Afghanistan (2007). En 2004, il a co-fondé Res Publica avec Patel et Pravda. Perriello a aussi participé à la Fondation Century et il est un co-fondateur de DarfurGenocide.org. Il a dit dans sa biographie en ligne qu’il avait «passé une grande partie de sa carrière à travailler en Afrique de l’Ouest et au Moyen-Orient, afin de développer des stratégies pour une paix durable, et qu’il était impliqué dans les processus de paix qui ont contribué à mettre fin aux guerres civiles en Sierra Leone et au Liberia».

    Démocrate, Perriello a été élu au Congrès du 5e district de Virginie en 2008. (Il ressort de la déclaration que nous avons reçue d’Avaaz, que si Perriello a quitté l’organisation en décembre 2009, il est resté au conseil de direction d’Avaaz pendant sa première année au Congrès.)

    Pendant son unique mandat, Perriello a été un ardent partisan de la guerre mondiale contre le terrorisme, des crédits militaires pour poursuivre les guerres étasuniennes et du maintien de troupes américaines en Afghanistan et au Pakistan.

    Battu en 2010, alors qu’il se présentait à l’élection, Perriello a continué à servir en tant que président et directeur général du Center for American Progress Action Fund [un cercle de réflexion, NdT] et également comme conseiller au Center for American Progress, un cercle de réflexion qui soutient le Parti démocrate. De 2014 à aujourd’hui, il a travaillé avec le Département d’État, d’abord comme Représentant spécial du Secrétaire d’État pour la Revue quadriennale de la diplomatie et du développement, et depuis l’été dernier comme envoyé spécial des États-Unis pour la région des Grands Lacs et le Congo-Kinshasa. Bien qu’on dise qu’il n’y est pas impliqué actuellement, sa philosophie de l’intervention humanitaire semble bien se porter dans Avaaz, avec ses appels à des zones d’exclusion aériennes en Libye et en Syrie.

    Dans cet extrait de son article de 2012 sur les interventions humanitaires, Perriello semble absolument désireux d’envoyer des bombes partout où sont commises des atrocités flagrantes et où des êtres humains souffrent. Et ceci, comme l’écrit Perriello, donnerait aux «progressistes l’occasion [] d’étendre le recours à la force pour faire avancer des valeurs essentielles».

    Ensuite, deux paragraphe de l’article de Perriello donnent toute sa saveur à la philosophie de l’intervention humanitaire qu’il promeut. Ce serait certainement utile si Avaaz nous disait si elle souscrit aux méthodes douteuses et effrayantes des ses co-fondateurs pour faire avancer les valeurs fondamentales des progressistes.

    «Des développements opérationnels depuis la fin de la Guerre froide ont considérablement amélioré notre capacité à mener des opérations militaires intelligentes, limitées dans le temps et dans leur portée, et employant une force précise et écrasante», a écrit Perriello. «Cela représente pour les progressistes une chance – qu’on a trop souvent vue comme une malédiction – d’étendre le recours à la force pour faire avancer des valeurs essentielles.

    » Nos capacités techniques, qui vont de la précision des systèmes de renseignement aux armes intelligentes, nous permettent maintenant des opérations auparavant impossibles. Aujourd’hui, nous avons la capacité de conduire des missions depuis les airs qui, historiquement, auraient requis des troupes au sol. Et nous possédons une capacité certes imparfaite, mais très améliorée, de limiter des dommages collatéraux, y compris les victimes civiles. Entre autres choses, cela signifie qu’il est possible d’atteindre les mêmes objectifs avec moins de bombes, et de premières estimations suggèrent que la campagne aérienne en Libye a nécessité un tiers des sorties par rapport à celles qui étaient nécessaires dans les précédentes guerres aériennes…

    » Nous devons réaliser que la force armée n’est qu’un élément dans une stratégie de sécurité nationale et de politique étrangère. Nous devons accepter la réalité – qu’on accepte ou non ses mérites – que d’autres pays ont tendance à percevoir nos motifs comme relevant davantage de nos intérêts, que fondés sur des valeurs. Mais dans un monde où existent des atrocités épouvantables et de graves menaces, et où le Kosovo et la Libye ont modifié notre compréhension de ce qui est possible aujourd’hui, le développement de cette nouvelle génération de puissance peut être vu comme une occasion unique dans l’Histoire de réduire la souffrance humaine.»

    Imaginez le culot de ces autres pays dont parle Perriello – qui ne parviennent pas à voir que les États-Unis s’engagent généreusement dans des bombardements fondés sur des valeurs  : des bombes pour un monde meilleur.

    Andrea Woodhouse : co-fondatrice d’Avaaz

    Une autre co-fondatrice d’Avaaz, Andrea Woodhouse, se décrit elle-même comme une professionnelle du développement, entrepreneuse sociale et écrivaine. Elle a travaillé dans de nombreux pays connaissant des conflits et des transitions politiques, dont l’Indonésie, le Timor Oriental, l’Afghanistan, le Sri Lanka, le Népal et la Birmanie/Myanmar. En Indonésie, elle a rapporté avoir travaillé sur l’un des plus vastes programmes de lutte contre la pauvreté dans le monde, dont elle a dit qu’il est devenu le modèle pour un programme national de reconstruction après un conflit, et de construction de l’État en Afghanistan. Elle a travaillé pour la Banque mondiale et les Nations Unies, et a été une fondatrice du programme Justice pour les pauvres de la Banque mondiale.

    Jeremy Heimans : co-fondateur d’Avaaz

    Selon une biographie en ligne, Jeremy Heimans a co-fondé GetUp en 2005, une organisation politique australienne et l’une des plus importantes communautés du pays pour les campagnes. Il a fait campagne pour le mariage homosexuel et pour le soutien à Julian Assange de Wikileaks. En plus d’être un co-fondateur d’Avaaz, Heimans a co-fondé Purpose en 2009, un groupe militant qui a lancé plusieurs nouvelles organisations importantes, dont All Out, un groupe de défense des droits LGBT, riche de deux millions de membres.

    David Madden : co-fondateur d’Avaaz

    David Madden, un autre co-fondateur d’Avaaz, est un ancien officier de l’armée australienne et employé de la Banque mondiale et des Nations Unies. Il a co-fondé GetUp avec Jeremy Heimans. Madden a travaillé pour la Banque mondiale au Timor Oriental, et pour les Nations Unies en Indonésie. En 2004, Madden était un des fondateurs de Win Back Respect, une campagne sur internet contre la politique étrangère du président des Etats-Unis George W. Bush.

    John Hanrahan, actuellement membre de la rédaction en chef d’ExposeFacts, est un ancien directeur exécutif du Fonds pour le journalisme d’investigation et journaliste pour The Washington Post, The Washington Star, UPI et d’autres entreprises de presse. Il a aussi une vaste expérience d’enquêteur juridique. Hanrahan est l’auteur de Government by Contract et co-auteur de Lost Frontier : The Marketing of Alaska. Il a beaucoup écrit pour NiemanWatchdog.org, un projet de la Fondation Nieman pour le journalisme à l’Université de Harvard.

    Partie 1 Partie 3

    Article original paru sur ExposeFacts.org

    Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par nadine pour le Saker francophone


  • Bonjour, voici la lettre d’information du site « CAPJPO - EuroPalestine » (http://www.europalestine.com)
     

    Publication CAPJPO - Europalestine
    •  
      Ce jeudi 5 mai, l’armée israélienne a bombardé la bande de Gaza à plusieurs reprises, blessant 4 Palestiniens, dont 4 enfants. Mais qui s’en soucie ? Les médias attendent sans doute de pouvoir titrer "l’armée palestinienne a bombardé Israel lors de 6 raids"... pour s’émouvoir de la situation ?... (suite)
       
    •  
      Le caricaturiste Siné, pourfendeur inlassable du colonialisme, français en Afrique ou israélien en Palestine, vient de mourir à l’âge de 87 ans, a fait savoir jeudi le site de Siné Mensuel, le magazine qu’il avait fondé.
      Il est décédé à ... (suite)
       
    •  
      Tribune d’Eric Hazan, écrivain et éditeur, qui dénonce l’amalgame, et rappelle que la campagne de boycott contre Israel, revendique non pas que l’on "jette tous les juifs israéliens à la mer", mais une égalité des droits entre Palestiniens et Israéliens... (suite)
       
    •  
      A l’heure où commence à Paris le procès d’une bande d’escrocs franco-israéliens, dont le meneur est un ami intime de Netanyahou, on voit bien le lien avec les méthodes mafieuses, en France, des voyous de la dite « Brigade Juive », nouvel avatar de la « Ligue de Défense Juive », telles que le vol de... (suite)
       
    •  
      Trois journalistes palestiniens ont été blessés par l’armée israélienne lors d’une manifestation pacifique, à l’occasion de la journée internationale sur la liberté de la presse.
      Ils ont été attaqués à coups de gaz lacrymogènes et de grenades assourdissantes ce mardi 3 mai, lors d’un sit-in devant la prison... (suite)
       
    •  
      L’astrophysicien palestinien Imad Barghouthi a été arrêté à nouveau par les forces d’occupation israéliennes à Nabi Saleh checkpoint au nord-ouest de Ramallah, le 24 Avril. ... (suite)