• Israel fait l'éloge du roi d'Arabie saoudite décédé : « un homme de paix, modéré, pieux, garant de Jérusalem ! »

    Saudi-Arabia-Israel-flags.jpgIsrael fait l'éloge du roi d'Arabie saoudite décédé : « un homme de paix, modéré, pieux, garant de Jérusalem ! »

     

    Article AC pour http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/

     

    Entre ici le roi Abdullah bin Abdulaziz al-Saud avec ton terrible cortège de lapidations, de décapitations et de flagellations. Les oraisons funèbres se multiplient pour le roi d'Arabie saoudite mort à 91 ans. La plus jouissive vient de l'Etat sioniste.

     

    La diplomatie est la diplomatie. On se contente pour ses adversaires géopolitiques et idéologiques, les chefs d'Etat que l'on estime pas, de communiqués de condoléances laconiques et formels.

     

    Pourtant, officiellement, entre Israel et l'Arabie saoudite, les relations diplomatiques sont rompues depuis 1973. La diplomatie n'a plus cours. Qui plus est, le tout nouvellement affirmé « Etat juif » pourrait grincer des dents dans un pays où les Juifs sont interdits de séjour, sous peine de mort.

     

    Alors qui a dit ? :

     

    « Je suis triste d'entendre le décès du roi Abdullah.

     

    C'était un exemple de leadership politique équilibré, estimé et responsable, avec une profonde tradition religieuse.

     

    En tant que « gardien des lieux saints » de l'Islam, le roi Abdullah a agi comme un modérateur, respectueux du caractère sensible et sacré de Jérusalem, cherchant à promouvoir une vision de prospérié pour la région.

     

    Ses politiques pleines de sagesse ont grandement contribué à notre région, et à la stabilité du Moyen-orient ».

     

    Il s'agit du président israélien actuel Reuven Rivlin. Par « modérateur, respectueux du caractère sacré de Jérusalem », Israel a en tête la main tendue à l'Etat sioniste en 2002, après le 11 septembre (impliquant une majorité de terroristes saoudiens) sur l'initiative de paix arabe avec Israel.

     

    Par « politiques pleines de sagesse qui ont contribué à la stabilité du Moyen-orient », il a sans doute en tête le rôle du gendarme de la région en 2012 face à la menace de révolution au Bahrein, avec une puissante communauté chiite et un mouvement pro-démocratique inédit dans le Golfe.

     

    Il n'entend certainement pas le soutien de l'Arabie saoudite aux djihadistes qui déstabilisent depuis trois ans la Syrie. Mais là c'est sans doute « le leadership politique équilibré, estimé et responsable, avec une profonde tradition religieuse ».

     

    Des négociations secrètes ont eu lieu en 2014 entre officiels saoudiens et israéliens pour coordonner leurs positions et trouver des convergences sur la Syrie, l'Iran, si ce n'est normaliser les relations. Ce fut reconnu l'an dernier par le ministère des Affaires étrangères raciste d'Israel, Avigdor Liberman.

     

    Quel bonheur de voir Shimon Peres – le vieil ami de Guy Mollet qui a négocié en 1956 le transfert de l'énergie atomique de France vers Israel – emboiter le pas saluant « une véritable perte pour la paix au Moyen-orient, un leader expérimenté et sage (…) dont j'admire la position ».

     

    L'Arabie saoudite reste le pays record des condamnations à mort potentiellement pour trafic de haschich, sodomie, blasphème, athéisme (apostasie), fornication et … judaïsme naturellement.

     

    Les bons comptes font les bons amis. L'Etat sioniste n'a aucun problème de pleurer la mort de pires anti-sémites. Ceux qui maudissent les Juifs mais garantissent l'occupation sioniste en terre palestinienne et combattent les forces laïques anti-sionistes, comme en Syrie.

     
            PUBLIE  PAR  SOLIDARITE  INTERNATIONALE  PCF
     

  • Camille Claudel, rivale de Rodin, au Musée de la Piscine de Roubaix

    Camille Claudel

    « C’est une révolte de la nature :
    une femme de génie »
    (Octave Mirbeau).

    cultureLe 10 mars 1913, un groupe d’infirmiers entre par effraction chez Camille Claudel (en passant par la fenêtre) et la kidnappe, pour l’enfermer dans un asile d’aliénés. Elle est alors un grand sculpteur, en pleine possession de ses moyens. Sa folie s’appelle : misère et malnutrition. Et athéisme. Une campagne d’opinion en sa faveur dénonce « un crime clérical ». Son auteur n’est autre que son frère, Paul Claudel, catholique fanatique, qui, dans Le Soulier de satin, fera un portrait haineux de sa sœur, sous le nom de Don Camille, un chrétien reniant sa religion, se convertissant à l’Islam et prenant le pseudonyme musulman d’Ochiali.

    La vie de Camille est terminée, son martyre commence.

    La petite châtelaine - Musée Rodin

    La petite châtelaine – Musée Rodin

    Elève de Rodin, elle ne tarde pas à égaler le maître, et parfois à le surpasser. Elle attaque le marbre en taille directe, alors que Rodin a des assistants (Maillol, Bourdelle) qui lui préparent le travail. Elle collabore au Baiser, à la Porte de l’Enfer de Dante (dont le Penseur est un élément), aux Bourgeois de Calais : le sculpteur lui abandonne certains morceaux parmi les plus difficiles (les têtes, les mains, les pieds). La Galatée (1889) de Rodin est inspirée de la Jeune fille à la gerbe (1887) de Camille. Rodin signe L’Esclave et Le Rieur, qui sont de Camille.

    Camille Claudel laissera 64 sculptures, la plupart d’une grande mélancolie, du fait de sa relation amoureuse chaotique avec son patron.

    La_Valse_32La Valse : le couple penche dangereusement, la femme, vêtue d’une jupe aux drapés Art Nouveau, est en désé-quilibre : l’amour va s’ef-fondrer.

    La Vague : la Vague d’Ho-kusaï est sur le point de s’abattre sur trois petites femmes, qui vont être englouties. La vague, c’est Rodin, avec qui elle vient de rompre.

    L’Implorante : Camille se représente nue, agenouillée, les bras tendus vers Rodin, qu’elle supplie de ne pas l’abandonner.

    Persée et la Gorgone : Persée (Rodin) brandit la tête coupée de Méduse, qui est un autoportrait.

    Niobide blessée : autre autoportrait. Une femme nue et mourante a été touchée au sein (au cœur) par la flèche d’Apollon-Rodin.

    En 1943, le maréchal Pétain ordonne de cesser d’alimenter les malades mentaux. Camille meurt de faim le 19 octobre, après 30 années de séquestration dans son mouroir. Son corps est jeté à la fosse commune.

    Pour le 150e anniversaire de sa naissance : « Camille Claudel, au miroir d’un art nouveau », exposition au Musée de la Piscine de Roubaix, jusqu’au 8 février.


  • Dimanche 25 janvier 2015 7 25 /01 /Jan /2015 07:29 - Communauté : les anti-capitalistes

    spartiate.jpg

    source

     
     
     

  • Dimanche 25 janvier 2015 7 25 /01 /Jan /2015 07:30 - Communauté : les anti-capitalistes  publié  par  ELDIABLO

    syrie-armes-chimiques.jpg

    L'Etat islamique, les "rebelles" syriens 

    utilisent massivement des armes chimiques 

    en Irak et en Syrie depuis un an



    Article AC pour http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/



    Un rapport à l'ONU confirme l'utilisation il y a un an d'armes chimiques en Syrie, sans trancher la question des responsabilités. L'évolution du conflit depuis un an, en Irak comme en Syrie, peut nous aider à la trancher. Et à lutter contre l'intoxication médiatique.



    21 août 2013, on se souvient: une attaque chimique au gaz sarin frappe la localité de Ghouta, dans la banlieue de Damas. Plusieurs centaines de civils sont tués, les sources divergentes vont de 300 à 1 500 morts.



    La France, les Etats-unis s'empressent d'accuser le gouvernement syrien et lance les préparatifs d'une attaque contre la Syrie, en soutien avec les rebelles déjà largement sous hégémonie islamiste, d'Al Nosra à Daech.



    Le rapport livré mardi 6 janvier 2015 au Conseil de Sécurité confirme l'utilisation de gaz de chlore – arme qui n'est pas sur la liste des armes chimiques, mais qui néanmoins est utilisée comme telle – dans trois villages syriens, à Idlib et Hama.



    Le rapport de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OPCW, en anglais) ne se prononce pas sur l'origine des tirs, ni l'identité du coupable entre le gouvernement syrien et les rebelles islamistes (The Guardian, 7 janvier 2015).



    Une résolution de l'ONU avait imposé au gouvernement syrien, en septembre 2013, la destruction de ses armes chimiques. Ce qui serait complètement réalisé en décembre 2014 selon l'OPCW.



    C'est l'occasion de revenir sur un an et demi de recherche de la vérité, dans cette intense guerre de propagandes, où les faits semblent de plus en plus accabler les rebelles.



    Dès décembre 2013, le fameux journaliste d'investigation Seymour Hersh prouvait que la CIA avait alerté le gouvernement sur la possession depuis le début de l'année 2013 par les rebelles islamistes d'Al-Nosra d'armes chimiques au gaz sarin.



    En février 2014, une équipe de la prestigieuse université américaine MIT de Boston, menée par le physicien Theodor Postol et l'ex-inspecteur à l'ONU sur les missiles Richard Lloyd confirme dans un rapport détaillé que les missiles contenant les armes chimiques ont été tirés depuis une zone contrôlée intégralement par les rebelles.



    Des preuves accablantes jugées crédibles par les experts. L'inspecteur en chef de l'ONU sur les armes chimiques a jugé les estimations de l'équipe du MIT comme une « bonne estimation ». Cela ne résout pas entièrement le mystère mais il explique la réserve de l'ONU, dévoile les manipulations politiques des gouvernements occidentaux.



    L'année 2014 a apporté, toutefois, de nouveaux faits allant dans le sens de l'imputation aux rebelles de l'utilisation massive et réitérée d'armes chimiques, qui s'est accélérée depuis septembre 2014. Au moins, trois cas ont été relevés par les autorités irakiennes centrales et le pouvoir régional kurde.



    Le 22 septembre 2014, les combattants de l'Etat islamique (EI) ont utilisé du gaz de chlore à Saklaouiyah, à 10 km au nord de Falloujah causant la mort de plus de 300 soldats. C'est ce qu'ont rapporté les députés irakiens de la circonscription de Falloujah (Washington Post, 23 septembre)



    Une semaine auparavant, le 15 septembre 2014, des gaz de chlore avaient déjà été utilisés contre des forces de police irakiennes à Balad, à 80 km au nord de Bagdad. 11 policiers avaient été hospitalisés d'urgence (Washington Post, 24 octobre 2014).



    C'est ensuite à Kobane, place forte de la résistance kurde à l'avancée islamiste, que l'usage d'armes chimiques a été de nouveau détecté. En octobre, des dizaines de patients se sont plaints après l'explosion d'une bombe de difficultés à respirer, de réactions cutanées, de piqûres aux yeux, d'autres étant pris de vomissements.



    Selon les médecins kurdes, il est fort probable qu'il s'agisse d'une réaction à l'usage d'un gaz de type chlorin (The Guardian, 24 octobre 2014). Les islamistes d'EI auraient déjà tenté une attaque chimique en juillet contre le village d'Aviiko, à 12 km de Kobane.



    Enfin, une dernière attaque vient d'être signalée par la presse irakienne (Iraqinews, 24 décembre 2014) dans la ville d'Hit, à l'ouest du pays, dans le district de Baghdadi et la province d'Anbar.



    Le district est en état de siège, soumis à d'intenses bombardements de la part de l'Etat islamique mais aussi à l'assèchement des sources en eau d'une population souffrant de la faim et du manque de soutien sanitaire.



    Même si des zones d'ombre subsistent sur l'attaque d'août 2013, il est désormais indéniable que l'Etat islamique a choisi le bombardement chimique comme forme privilégiée, tout du moins possible, d'attaques contre les combattants et les civils.



    Cela apporte du crédit à ce que le Vice-ministre aux Affaires étrangères syrien, Faisal Mekdad, affirmait le 1er décembre 2014 à une rencontre de l'OPCW affirmant que son gouvernement n'avait jamais utilisé d'armes chimiques pendant la guerre mais que des groupes terroristes « ont utilisé des gaz chlorins dans plusieurs régions de Syrie et d'Irak ».



    L'OPCW a confirmé que le gouvernement syrien avait intégralement détruit ses stocks d'armes chimiques et que ses préoccupations allaient désormais vers les stocks détenus notamment par Israel et Egypte. L'OPCW enjoint désormais Israel de détruire les siens (Haaretz, 12 décembre 2014).



    Plus on avance, plus les mensonges des pays occidentaux sur la Syrie, l'Irak se font jour. Seule l'indignation manipulée, la « stratégie du choc » actuellement en œuvre en France – et qui a permis de voter la poursuite des opérations militaires – et ailleurs semblent pouvoir faire obstacle à cette dure vérité : combien de temps cela peut-il encore durer ?


  • Dimanche 25 janvier 2015 7 25 /01 /Jan /2015 07:37 - Communauté : Syndicalisme  publié par ELDIABLO

    fsc

    COMMUNIQUÉ

    A l'appel des organisatons régionales CGT,FO, FSU, SUD, une manifestation aura lieu le Lundi  26 janvier 2015 à Paris contre le projet de loi Macron qui répond à de nouvelles exigences du grand patronat en élargissant notamment le travail du dimanche et du travail de nuit.Nous ne pouvons laisser faire une nouvelle loi qui répond aux attentes du MEDEF apres tous les cadeaux qui lui ont été accordés par le pouvoir actuel, alors qu'il impose une austérité drastique au monde du travail.

    Le FRONT SYNDICAL DE CLASSE vous sollicite pour nous aider à distribuer un tract pour dire NON à la loi Macron et vous fixe rendez vous:

    Lundi 26 janvier 2015 à partir de 12h30

    au métro CHAUSSÉE D'ANTIN-LAFAYETTE

    (lignes 7 et 9

     à Paris