• 17 Septembre 2018

    Publié par El Diablo

    EXPLOSION de la FRAUDE FISCALE en France, estimée à 100 milliards d'euros annuels

    Selon la dernière enquête du syndicat Solidaires-Finances publiques, la fraude fiscale est en hausse. Par rapport à l'estimation d'il y a cinq ans, elle aurait augmenté de 20 milliards d'euros par année, atteignant un montant record.

     

    Dévoilé par Marianne ce 13 septembre 2018, le dernier rapport du principal syndicat des Finances publiques, Solidaires-Finances publiques, livre une estimation peu reluisante sur la fraude fiscale. Celle-ci aurait grimpé historiquement à 100 milliards d'euros annuels, et ce sans comptabiliser les fraudes aux prélèvements sociaux. Réalisée tous les cinq ans, l'enquête montre une augmentation de la fraude fiscale, de 20 milliards d'euros par rapport à l'estimation de 2013.

     

    Il est à noter qu'en juillet dernier, le syndicat dénombrait près de 38 000 suppressions de postes à la Direction générale des Finances publiques (DGFiP) depuis 2002. Parmi eux, les contrôleurs fiscaux sont touchés par la réduction des effectifs.

     

    […]

     

    LA SUITE EN LIEN CI-DESSOUS :


  • Nouveaux sur notre site http://bolivarinfos.over-blog.com


    En page d’accueil:
    1)   Venezuela : Le Groupe de Lima condamne l'appel d'Almagro à intervenir militairement , un article d’Alba Ciudad du 16 septembre 2018 traduit par Françoise Lopez. 
    2)Venezuela : L'ALBA-TCP condamne d'Almagro pour son l'appel à intervenir militairement , la déclaration de l’ALBA-TCP du16 septembre 2018 traduite par Françoise Lopez. 
    3)Venezuela : Les autorités colombiennes font obstacle au retour de 76 Vénézuéliens dans leur pays , un article du Resumen Latinoamericano du 15 septembre 2018 traduit par Françoise Lopez. De ça, la 2 qui nous fatigue encore avec la migration des Vénézuéliens ne nous en a pas parlé, hier soir. Pourtant, l’info était déjà sortie…
    4)Venezuela : Le Gouvernement argentin fait obstacle au vol du Plan Retour dans la Patrie , un article du Resumen Latinoamericano du 14 septembre 2018 traduit par Françoise Lopez. De ça, la 2 qui nous fatigue encore avec la migration des Vénézuéliens ne nous en a pas parlé, hier soir. Pourtant, l’info était déjà sortie… elle date déjà de 2 jours…
    5)Nicaragua: La Société Inter-américaine de Presse ou comment un journaliste putschiste prime un autre journaliste putschiste ,un article du Resumen Latinoamericano du 15 septembre 2018 traduit par Françoise Lopez. Un excellent article sur les positions de la SIP… Rien d’étonnant à ce que les médias latino-américains soient aussi souvent opposés aux Gouvernements progressistes. A lire aussi pour les liens de cette société de presse avec le coup d’Etat contre le Président  Hugo Chavez en 2002.
    6)Chili : La mort d'un Président qui vit, un article de Granma en français du 15 septembre 2018. Un retour sur le coup d’Etat de Pinochet et la mort du Président Salvador Allende. Très intéressant.
    7)Amérique Latine : Le retour de la guerre froide ? un article de Granma en français du 15 septembre 2018. Très intéressant aussi, une analyse de l’influence des grandes puissances dans le monde et en particulier en Amérique Latine.
    Bonne lecture à tous,
    Françoise Lopez


  • Sur les massacres de migrants en Méditerranée : qui est responsable?

    17 Septembre 2018 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #GQ, #Economie, #Qu'est-ce que la "gauche", #A gerber !

    Lampedusa, avril 2015

    Lampedusa, avril 2015

    (texte de l'été 2015, tout à fait actuel trois ans plus tard)

    Sur les massacres de migrants en Méditerranée

    Le terme "massacre" est parfaitement adéquat : les noyades en Méditerranée font écho aux meurtres de masse perpétrés par les mafias mexicaines contre les migrants. Ce qui s'appliquait à Lampedusa en avril vaut aussi pour Calais en août, et pour l'enfant syrien noyé ont l'image a fait la une en septembre.

    Les responsables des milliers de morts noyés en Méditerranée chaque année sont dans l'ordre : les patrons européens qui recherchent de la main d'œuvre bon marché et dérégulée; les pays de l'OTAN qui ont déstabilisé et ravagé une demi douzaine de pays notamment depuis quatre ans, d'où proviennent les réfugiés : Libye, Syrie, Irak, Mali, etc ; la propagande des médias globaux et le spectacle occidental-libéral qui fait miroiter l'Europe comme un Eldorado; rien n'a changé à cet égard depuis la Guerre Froide, quand les médias de l'Ouest incitaient les citoyens de la RDA à franchir le "Mur de Berlin" à leurs risques et périls, pour nourrir leur propagande avec les victimes.

    Les migrations Sud-Nord sont donc organisées par la bourgeoisie du nord, contre le prolétariat local, mais aussi contre les nations du Sud qui sont privées de leurs travailleurs les plus qualifiés et les plus dynamiques. Le pillage des ressources humaines du Sud est un des principaux objectifs de l'impérialisme.

    Des mesures de sauvetage d'urgence doivent être diligentées pour faire cesser cette tragédie au large de la Sicile et de la Grèce. Mais il ne faut pas être naïf : les images terribles des naufragés sont utilisées par les médias dans une campagne implicite pour la liberté de circulation internationale de la main d'œuvre. Il ne faut pas se faire manipuler par "la loi du cœur" des capitalistes.

    Loin de pousser à l'ouverture des frontières les communistes doivent revendiquer l'arrêt de l'immigration nette jusqu'au retour du plein emploi, dans l'intérêt des classes populaires du Nord, et des migrants provenant du Sud déjà installés. Cet arrêt peut être obtenu évidemment en réprimant sans pitié les employeurs de main d'œuvre clandestine et les réseaux mafieux qui organisent les passages.

    L'arrêt de l'immigration faciliterait l'intégration des immigrés déjà présents. En effet, les immigrés de la génération précédente sont mis en concurrence avec les nouveaux arrivants, et ceux de leurs enfants qui sortent de l'école sans qualification avec les "sans papiers" que les patrons (des secteurs construction, restauration, transports, agriculture, nettoiement) et les classes moyennes (qui emploient gardiens, réparateurs, baby-sitters, employés de maisons, domestiques) préfèrent à l'embauche, quand ils n'organisent pas directement leur arrivée.

    L'arrêt de l'immigration, ou non, est une question qui divise actuellement la gauche suivant une ligne de classe. Mais comme disait Mao, "le peuple voit juste". Le prolétariat est pour, la petite bourgeoisie et le lumpen sont contre.

    La question de l'immigration n'est pas une question identitaire, ni une question relevant de la morale des droits de l'homme, mais une question économique et sociale dont la solution peut varier suivant la conjoncture. En période de chômage de masse, elle devrait être limitée. Ceux qui alors à l'extrême gauche par bêtise et par narcissisme en font un tabou sont des apprentis sorciers qui ouvrent un boulevard à l'extrême droite et à l'intégrisme.

    Les coupables de ces effroyables massacres sont les patrons de main d'œuvre illégale, l'OTAN qui propage ses guerres néocoloniales, les médias qui encouragent et qui glorifient les migrations, et les gauchistes manipulés qui parasitent le discours des forces prétendant représenter le prolétariat.

    Ceux qui amalgament cette position avec celles de l'extrême droite pratiquent une sorte de mac-carthysme préventif, pour imposer leur langage gauchiste-moralisant dans le discours militant et se maintenir à l'écart du prolétariat réel, qui n'est jamais envisagé par eux qu'à travers des prismes communautaristes compassionnels et paternalistes. Il est pourtant effectif et prouvé depuis trente ans que le soutien à la libre circulation de la main d'œuvre provoque le rejet total et immédiat par la classe ouvrière. Les "antifas" impubères qui se rêvent comme les "résistants" de la génération Y et les pourfendeurs de l'islamophobie dont le développement n'est pas lié aux migrations, mais au spectacle terroriste, sont des idiots utiles au libéralisme et au fascisme. Ils reflètent l'aveuglement intéressé des nouvelles couches moyennes identifiées par Clouscard dans Métamorphoses de la lutte des classes en 1996 (celles qui se scandalisent si facilement quand on se met à les étudier concrètement : "Quoi?!!, Moi, couche? moi, moyen!?").

    GQ, 26 avril 2015-septembre 2015


  • Ça n'empêche pas Nicolas

    Blog de Jean Lévy sur l'actualité politique au jour le jour.

     

     

                                                                 

     

    17 Septembre 2018
    La Russie et la Chine annoncent leur volonté de passer aux devises nationales dans leurs échanges© Mikhail Metzel Source: Reuters
    Les présidents russe et chinois le 11 septembre 2018 à Vladivostok.
    RT France

    Les présidents russe et chinois ont fait part ce 11 septembre de leur volonté d'utiliser leurs devises nationales dans le cadre de leurs échanges commerciaux. En marge du Forum économique de Vladivostok, Vladimir Poutine a expliqué que les parties russes et chinoises avaient «confirmé leur intérêt pour une utilisation plus active des monnaies nationales dans les échanges commerciaux». Dans un contexte économique international perturbé, le président russe a estimé que cette perspective «renforcera[it] la stabilité des services bancaires pour les transactions d'import-export, face aux risques persistants sur les marchés mondiaux».

    Cette annonce survient alors que la Russie et la Chine ont expliqué ce même jour que le volume des échanges entre les deux pays avait atteint 87 milliards de dollars (75 milliards d'euros) en 2017 et devrait probablement atteindre 100 milliards de dollars (86 milliards d'euros) en 2018. Le président chinois Xi Jinping a précisé que la Russie et la Chine devaient travailler ensemble afin de s'opposer au protectionnisme et de contrer les approches unilatérales aux problèmes internationaux.

    "Cette perspective «renforcera la stabilité des services bancaires pour les transactions d'import-export, face aux risques persistants sur les marchés mondiaux"

    Le contexte commercial international est en effet marqué à la fois par les mesures protectionnistes prises par le gouvernement américain sous l'impulsion de Donald Trump et par les conséquences de l'extraterritorialité du dollar américain, à savoir le principe juridique selon lequel tout lien avec le dollar, et donc les Etats-Unis via leur monnaie, est susceptible d'entraîner la compétence de la justice américaine. En d'autres termes, toute entreprise, même étrangère, commerçant en dollars peut être lourdement sanctionnée par la justice américaine si elle ne respecte pas les lois des Etats-Unis, par exemple en matière de sanctions.

    Des sanctions économiques de plus en plus dures ont ainsi été imposées à la Russie par les Occidentaux depuis l'éclatement de la crise ukrainienne en 2014. De nombreux pays tentent désormais de mettre fin à l'utilisation du dollar comme devise dans leurs échanges commerciaux. La Turquie a par exemple annoncé le 2 septembre négocier avec la Russie pour s'affranchir du dollar.

    Le chef de la Chambre de commerce irano-irakienne avait lui aussi annoncé renoncer à la devise américaine pour les échanges bilatéraux entre l'Iran et l'Irak. La Russie s'était également dit prête en mai dernier à choisir l’euro pour son commerce extérieur en cas de soutien européen dans le cadre des sanctions américaines qui la visent. Pour résister aux sanctions américaines qui s'imposent au monde entier, certaines personnalités politiques européennes commencent elles aussi à évoquer la possibilité d'architectures financières hors du dollar. Des intentions non suivies d'effet jusqu'à aujourd'hui.

     

    Tag(s) : #Russie, #Chine

  • Ça n'empêche pas Nicolas

    Blog de Jean Lévy sur l'actualité politique au jour le jour.

     

     

    17 Septembre 2018
    REPRESSION SNCF : Lutte gagnante : le conseil des prud’hommes de Montpellier exige la réintégration d’un cheminot

    front syndical de classe

     

    La répression syndicale se poursuit chez les cheminots avec de nombreux camarades poursuivis par la direction pour des faits qu’ils n’ont pas commis.
     

    Cela a été encore le cas le 14 mai dernier dans la gare de Nîmes, où lors d'une opération de blocage, un des cheminots a allumé un fumigène sur les voies. 
     

    Accusé d'être à l'origine de plusieurs retards de train, le cheminot est susceptible d'être licencié pour faute grave. Après un conseil de discipline et une assemblée extraordinaire de la direction de la SNCF, la CGT Cheminots a demandé l'arrêt immédiat de la procédure de sanction. Durant tout l’été la mobilisation s’est poursuivie, une pétition a recueilli des milliers de signatures (près de 10 000).
     

    Jeudi dernier, le jugement est tombé, le tribunal des prud’hommes est favorable à la réintégration dans son service (établissement infra logistique) de la SNCF de Nîmes. Si la SNCF ne s'exécute pas sous huit jours, elle s'expose à une astreinte de 1 000 euros au quotidien, une décision maintenue en cas d'appel.
     

    C’est un nouveau camouflet cinglant pour la direction de la SNCF. La CGT appelle à poursuivre la mobilisation aussi sur cette question le 27 septembre, jour où la DIRECCTE se prononcera concernant l’autorisation de licenciement.

    Tag(s) : #Lutte de Classe, #Justice