• Scandaleux !!!

    , ,

    La Poste et le scandale des apprentis jetables

    Tout le monde connaît La Poste, cette entreprise de service public qui vous permet d’envoyer une lettre depuis Paris à vos grands-parents domiciliés à Cavaillon. Jusqu'en 2015, cette lettre aurait voyagé à bord d’un magnifique TGV arborant fièrement le jaune symbolique de l’entreprise. Si les TGV postaux ne sont plus qu’un souvenir, la faute à une rentabilité trop faible, l’entreprise ne cesse néanmoins de diversifier son offre, par exemple en vous permettant de payer le facteur de Cavaillon pour qu’il passe une à six fois par semaine s’enquérir de l’état d’isolement social de vos grands-parents, dont la retraite qui n’a augmenté que de quelques centimes en quinze ans ne permet plus de payer des sorties en ville. Avec ses nouveaux services, comme celui qui vous permet de veiller sur vos proches par l’entremise d’un facteur pour la modique somme de 19,95€ par mois, La Poste s’élance à la conquête des nouveaux marchés ouverts par la casse sociale dont le pays fait l’objet depuis plus de quarante ans. On nous traiterait de mauvaises langues si on osait faire le lien entre ces politiques commerciales symptomatiques et la transformation du service en société anonyme à capitaux publics, intronisée en 2010 pour que la France se conforme un peu plus aux dogmes Maastrichtiens de la “concurrence libre et non faussée”. La belle affaire !

    Or, dans le feuilleton tragi-comique du sacrifice des services publics sur l’autel du grand capital, un nouvel épisode vient enrichir le dossier La Poste, pour le plus grand malheur de ses employés. Le Média a mené une enquête sur le scandale dit “des apprentis jetables”. Alertée par un employé ayant passé neuf mois en apprentissage, la rédaction de la web-TV social-démocrate (dont nous louons ici le travail !) a pu découvrir l’immense arnaque mise en place à travers l’organe de formation et de recrutement Formaposte. Ce dernier propose de nombreux contrats d’alternance, payés moins de 1000 euros par mois - bien loin des quelques 1300 pour un employé en contrat stable de droit privé ou public - en faisant miroiter le saint-Graal en sortie d’alternance: un CDI. Quiconque sait ce qu’est le marché du travail de nos jours a potentiellement eu affaire avec le chantage à la stabilité qui est la stratégie de nombreux recruteurs. La flexibilisation de l’emploi, c’est-à-dire la transformation de chômeurs et de travailleurs qualifiés en travailleurs pauvres par le développement de contrats toujours moins payés et plus précaires, permet aux “employeurs” capitalistes de compresser les coûts absurdes engendrés par la concurrence dont ils font leur mantra en rognant sur la “masse salariale”. La Poste est un exemple criant de cela, comment peuvent en témoigner les jeunes - et moins jeunes - recrutés en alternance pour une bouchée de pain et se retrouvant en fin de contrat avec Pôle Emploi pour seule compagnie.

    Alternants, intérimaires et demain auto-entrepreneurs : la contre-révolution à l’oeuvre derrière les sobriquets de flexibilisation et d’ubérisation a lieu jusqu’au coeur d’une entreprise dont une part encore importante de salariés a un contrat de fonctionnaire. Car avec l'énarque Philippe Wahl au commandes de l’entreprise (depuis 2013) il faut s’attendre à ce que la populace méprisable des employés soit mise au pas. Le statut de fonctionnaire est dépassé nous dit-on, l’avenir appartient à celui qui est son propre patron ! Avec plus de 7000 postes supprimés rien qu’en 2015, un éventail de missions toujours plus large pour les employés (après “veiller sur mes proches”, peut-être La Poste lancera-t-elle “faire ma vaisselle”?), l’ubérisation de l’emploi, qui sait ce que la modernité néolibérale réserve comme futurs déboires aux services publics et à ceux qui en bénéficient - c’est-à-dire nous tous.

    On en saura néanmoins gré au Média d’offrir en fin de reportage une touche d’espoir: une syndicaliste CGT nous apprend que dans son bureau de poste, opérant en sous-effectif, un jeune en fin de contrat précaire a pu être embauché en CDI après plusieurs jours de grève. Et l’on trouvera encore de beaux esprits pour nous dire que la lutte des classes est un vieux mensonge bolchevique, alors que le réel nous démontre chaque jour un peu plus que seul le rapport de force paie dans la lutte contre le capital. Et envisager ce rapport de force dans la durée, à l’échelle nationale voire internationale n’est possible qu’à travers l’action d’un parti de masse et de classe. L’histoire nous donne cette leçon, à nous de ne pas l’oublier.

    Partager cet article