• SUPER !!!

    Les Etats-Unis ont perdu un allié dans leurs attaques contre le Venezuela. 5 Juillet 2018

    Caracas, 04 juillet AVN

    Par : Yuleidys Hernández Toledo

    Les Etats-Unis (USA) et le soi-disant Lima Group ont perdu un allié dans la région dans leurs attaques contre le Venezuela, suite à la victoire d'Andrés Manuel López Obrador aux élections de dimanche dernier, lorsqu'il a été élu Président du Mexique.

    C'est ce que la journaliste mexicaine et membre du Front pour les médias alternatifs indépendants (Femcai), Patricia Barba Avila, qui a déclaré que le président nouvellement élu du pays aztèque, "ne va pas se joindre à ces voix d'attaque contre le Venezuela, ou tout autre pays d'Amérique latine. López Obrador l'a réitéré à de nombreuses reprises, sa politique sera une politique de respect et de coopération totale, de coopération fraternelle avec tous les pays d'Amérique latine et du monde.

    Dans une interview à l'Agence de presse vénézuélienne (AVN), il a rappelé que pendant la campagne présidentielle qui a duré neuf mois, Andrés Manuel López Obrador a été "pratiquement acculé" à plusieurs reprises par des journalistes "anti-Venezuela", qui ont essayé de manière très insistante de le faire parler contre le président Nicolás Maduro, et López Obrador a toujours refusé.

    Ces dernières années, les différents gouvernements mexicains ont maintenu une politique d'attaques contre le gouvernement révolutionnaire, en particulier à l'époque de l'ancien président Vicente Fox et Enrique Peña Nieto, dans cette dernière étape, les fléchettes ont été menées principalement par le ministre des affaires étrangères, Luis Vildegaray.

    Barba Ávila, qui a régulièrement contribué à plusieurs médias sur le continent, y compris Resumen Latinoamericano, a déclaré que AMLO, comme López Obrador est populairement connu, a une position respectueuse à l'égard des politiques des autres gouvernements.

    "Je suis convaincue qu'Andrés Manuel López Obrador va changer notre relation, que le Mexique est en relation avec d'autres pays ", a-t-elle dit.

    Il a ajouté que la politique étrangère du Mexique va changer et "nous espérons que le Mexique reviendra dans cette grande patrie latino-américaine. Je ne doute pas qu'il changera la politique étrangère.

    Un palmarès impeccable l'a amené au pouvoir.

    Pour l'éducateur mexicain, la carrière politique impeccable d'Andrés Manuel López Obrador et la mauvaise gestion du président sortant, Enrique Peña Nieto, font partie des travailleurs qui ont amené le dirigeant de gauche au chef de l'Etat.

    A cet égard, il a rappelé que Peña Nieto "a été distingué pour plusieurs actes de corruption extrême", y compris le scandale qui a éclaté en 2014 sur l'achat de la soi-disant "Maison Blanche", un manoir évalué à 54 millions de pesos (trois millions 545 000 dollars), au nom de l'épouse de Peña Nieto, tel que rapporté à l'époque par les médias mexicains.

    Il a également fait référence à "la mort et la disparition des 43 étudiants de l'Université de l'Ecole Rurale Isidro Burgos d'Atyozinapa, qui a définitivement marqué l'administration de Peña Nieto, et l'a amené à un niveau de discrédit qui est aussi historique, ce qui ne s'était pas produit dans le pays.

    Face à ce scénario de corruption représenté par Peña Nieto, la figure de López Obrador se détache, " un leader social qui a commencé à défendre les peuples indigènes et les communautés paysannes dans les années 1980, un homme qui a fait preuve d'une grande congruence dans ses actions ".

    Il a souligné que lorsque López Obrador a occupé le poste de chef du gouvernement du district de la capitale du Mexique en 2000-2006, il a mené une administration très réussie, "très favorable aux personnes âgées, aux mères célibataires, aux étudiants, a mené son administration avec austérité, a réduit son salaire et s'est soumis à la révocation du mandat.

    Pour Barba, le pays aztèque vit un moment historique et inoubliable, dans lequel la majorité du peuple mexicain attend de López Obrador qu'il "tourne à 180 degrés par rapport à ce qui a été la politique néolibérale au Mexique, menée depuis 30 ans".

    Photo : EFE/ Archive

     

    AVN - 04.07.07.2018 12:33 pm

    source: http://www.avn.info.ve/contenido/eeuu-perdi%C3%B3-aliado-sus-ataques-contra-venezuela

    Tag(s) : #Venezuela, #USA, #Mexique