• Très bon article !!!

    9 Octobre 2017

    Publié par Le Mantois et Partout ailleurs

    Encore que si Paul a du boulot pour obtenir lesdites clopinettes par la suppression des cotisations sécu et chômage sur sa fiche de paie. C'est dire si l'injuste mesure touchera beaucoup de monde dans l'un des pays le plus riche au monde.

    Mais passons, un pouvoir réactionnaire ne peut profiter qu'aux forces de l'argent et pas le contraire. Et considérer qu'un nanti en France est un pensionné avec 1 200 euros par mois, pour voir sa CSG augmentée de 1,75%, je vous laisse commenter la chose.

    Le plus triste dans cette mesure réactionnaire est l'ensemble des pensionnaires des maisons de retraite. Dans la majorité des cas, ce sont des prolos qui ont trimé toute leur vie, mais qui pourtant n'ont pas assez de pension pour se payer la maison de retraite. Renseignez-vous sur les tarifs, ce n'est pas donné. Et qui paye la différence, surtout pas le CAC 40 pour ne citer que lui.

    Bref, l'augmentation de la CSG va évidemment accabler les plus anciens des retraités logeant en maison de retraite. Et comme le répète le gouvernement, la hausse de la CSG pour les retraités sera compensée par la suppression progressive de la taxe d'habitation. Sauf qu'en maison de retraite, nos anciens ne payent pas de taxe d'habitation.

    Alors, monsieur Goullet de Rugy, ex-patron des députés écologistes passé dans le camp de notre Grandeur de l'Elysée comme patron de l'Assemblée nationale, l'a dit ce dimanche, au Grand Rendez-vous CNews-Europe 1-Les Echos: "les maisons de retraite doivent baisser leurs tarifs pour compenser l'augmentation de la CSG."

    Du coup, les maisons de retraite, qui ne font pas dans la justice sociale -ça se saurait- opposent un nom catégorique à cette recommandation du sieur Goullet de Rugy. "Au moment où les établissements vont voir leur nombre de personnels diminuer et voient le nombre d'emplois aidés diminuer, une telle situation est impossible", dit sur France 2 Pascal Champvert, directeur de maison de retraite en région parisienne.

    Comment ça, des emplois aidés en maison de retraite au lieu de postes pérennes?  Et rémunérés en plus au Smic soit 1 149,7 euros net. Bordel, presque des nantis, comme dirait quelqu'un du palais de l'Elysée.

    En tous les cas, les maisons de retraite ne sont pas des officines de charité. Si?

    L'augmentation de la CSG: prendre sur la pension de retraite du père ou du grand-père de Paul, pour donner des clopinettes à Paul, sans toucher au CAC 40