• TRES INTERESSANT !!!

    Contribuables associes

     
     
     
     

    Chère amie, Cher ami,  


    Toute la presse en parle


    Jadis, on disait que tous les chemins mènent à Rome. Aujourd’hui, ils conduisent à des ronds-points qui renvoient vers d’autres ronds-points après un passage obligé sur une série de ralentisseurs.

    Campagne, rase-campagne, banlieue, ville, village, centres commerciaux… Aucun endroit n’échappe à la folie des giratoires : notre pays en compte plus de 40 000. Et cette idée fixe nous coûte très cher.

    Vous avez dû entendre parler ces derniers jours un peu partout à la télé, à la radio ou dans vos journaux du « Masque d'André Malraux » érigé à Pontarlier dans le Doubs et qui a été élu pire rond-point de France.

    C’est sous la forme d’un concours que Contribuables Associés a voulu dénoncer les coûts exorbitants des ronds-points et de leurs aménagements qui vont au-delà de la sécurité routière : 20 milliards d’euros au total !


     
    TF1
    Cliquez sur l'image pour voir les reportages

    L’action de Contribuables Associés a été relayée par de très nombreux journaux et émissions avec plus d'une centaine de passages :

    TF1, LCI, Europe 1, France Bleu, Capital, Le Point, Valeurs actuelles, Huffington Post, L'Est Républicain, France 3, 20 Minutes, Ouest France, Le Figaro...
     



     
    10 premiers ronds-points laids, coûteux ou mal agencés, ont été retenus par les internautes parmi les centaines de signalements de sympathisants et membres de notre association.

    Le vote a été clôturé le 8 janvier 2018 avec la participation de 12 538 internautes.

    C’est la statue de ce rond-point situé à Pontarlier (Doubs), érigée en 1998 pour un coût de 15 000 euros, qui est sur la première place du podium !

    En 2e position « Le cadran solaire » de Perpignan (300 000 euros) et classé 3e « L’arbre en ciel » de Cugnaux (68 000 euros).

     
    Mais ce n’est qu’un début !

    Contribuables Associés va continuer à enquêter pour rendre public d’autres ronds-points, bâtiments et infrastructures dont les emménagements sont pour le moins loufoques et très coûteux !

    Grâce à ce concours, les Français ont pris conscience de ces gaspillages et s’interrogent sur le financement des infrastructures publiques.

    Les médias ne peuvent plus passer à côté et s’emparent aussi de ce combat.

     
    UN EURO GASPILLÉ EST UN EURO D’IMPÔT DE TROP !

    Je vous remercie pour votre soutien, car c’est grâce à vous que nous opérons notre travail pour vous défendre face aux gaspillages des élus !

     
     

    Eudes Baufreton
    Directeur