• un billet qui me plait beaucoup au sujet de Bayrou et de sa soi-disant "réforme =

    Chris
     
     
     
    Non Monsieur Bayrou, votre projet pour l'Ecole n'est pas une réforme... Il y a 2 Jours, 1 Heure  
    Ecoutant d'une oreille très attentive le candidat François Bayrou hier soir sur France 2 dans l'émission "Des paroles et des actes", j'ai été surpris par les approximations et les erreurs de celui qui a pourtant été enseignant.

    De mémoire, je me permets donc de corriger ou d'infirmer certains propos entendus.

    Concernant d'abord le Collège unique, que Monsieur Bayrou semble ne pas apprécier, je rappelle que celui-ci n'a jamais été mis en place, en tout cas si l'on se réfère au texte fondateur (comparé à la réalité sur le terrain) de René Haby, Ministre de l'Education Nationale sous la présidence centriste -ironie cruelle de l'Histoire- de Valéry Giscard d'Estaing auquel l'invité de France 2 a rendu un hommage appuyé.

    Concernant toujours le collège unique, je renvoie évidemment à l'article ci-après: www.profencampagne.com/article-le-colleg...2012-101227629.html. Nathalie Mons dit mieux que je ne saurais le faire tout ce qu'il convient de rappeler au sujet du "collège unique".

    Ensuite, Monsieur Bayrou a proposé que 50% du temps scolaire en primaire soient consacrés aux apprentissages fondamentaux du français: lire, écrire, s'exprimer. Ma compagne (Directrice d'école primaire rurale et en charge d'un double niveau CM1-CM2 depuis 10 ans) et moi-même (professeur de français en collège rural depuis 30 ans) avons été très étonnés d'entendre ce chiffre. Car le temps consacré aux apprentissages du français en école primaire est DEJA très nettement supérieur à 50%.

    L'ennui, c'est que Monsieur Bayrou semble considérer que l'on ne fait "du" français qu'en cours de...français. Or, je me permets de rappeler que le professeur d'école fait du français en permanence. Lorsqu'il corrige un devoir de géographie et souligne les erreurs d'orthographe, il fait du FRANCAIS. Lorsqu'il reprend un élève qui s'exprime mal à l'oral pendant le cours d' EPS, il fait du FRANCAIS. Lorsqu'en sortie, il fait prendre des notes destinées à une mini exposition la semaine suivante et que cette trace écrite est corrigée, il fait du FRANCAIS. En collège, lorsqu'un professeur de mathématiques reprend un élève pour une des raisons évoquées ci-dessus, il fait du FRANCAIS.

    Alors, me dira-t-on, comment se fait-il qu'avec tant de français le niveau en orthographe-grammaire-conjugaison baisse? Car il baisse. Les pédagogues furent, faut-il le rappeler, les premiers à tirer la sonnette d'alarme à ce sujet. Il baisse MAIS pas pour tout le monde. Il y a en France -et c'est heureux!-toujours la même proportion d'excellents élèves, d'élèves moyens et d'élèves en difficulté. L'Ecole, telle que la veut François Bayrou, se contente de reproduire des inégalités sociales visibles dans les résultats des élèves, visibles dans les proportions SOCIALES des élèves accédant à la licence, accédant aux classes préparatoires. Une Ecole qui meurt, non pas d'égalitarisme (que je ne souhaite pas!) mais d' "injustice chronique" et, peut-être, volontaire!

    Enfin, Monsieur Bayrou a semblé plutôt favorable à l'apprentissage dès 14 ans. Et d'ajouter: "Pour les élèves les plus en difficultés, pour ces élèves qui perturbent les classes et qui ne sont pas faits pour suivre au collège"... Dans le MEME temps, et j'approuve ce propos, Monsieur Bayrou a rappelé son attachement aux "métiers manuels".

    Hélas, hélas, comment peut-on affirmer une volonté de donner un lustre nouveau aux métiers manuels en établissant un lien direct entre ces métiers et ceux destinés à les exercer, c'est à dire:

    - les élèves les plus en difficultés (Certains les appellent "les nuls")

    - les élèves perturabateurs

    - les élèves exclus pour violences (et que Monsieur Bayrou envoie dans... Je n'ai pas très bien compris dans quoi...)

    J'ai été révolté, je le dis, par le profil que Monsieur Bayrou attribue à celles et ceux qu'il destine aux métiers manuels. Ce n'est certainement pas ainsi que ces métiers, qui faut-il le rappeler, exigent rigueur, discipline, soin, assiduité, intelligence et culture, seront revalorisés dans l'esprit des élèves et des parents!

    Les idées de Monsieur Bayrou sont à coup sûr sincères. Elles ne constituent néanmoins en aucun cas une réforme de l'Ecole. La vraie réforme passe par un bouleversement radical d'habitudes anciennes, par ce qu'Edgar Morin appelle une "métamorphose" de l'Ecole. Avec ce qu'a annoncé hier François Bayrou et le contenu -lu attentivement- de son projet, je ne vois qu'une vision ancienne de l'Ecole, nostalgique, imaginaire... Je ne vois que le danger de l'immobilisme, la reproduction "Bourdieusienne" des inégalités sociales, la "production" scandaleuse de 150 000 élèves sans diplômes ni formation aucune par an!

    PAR AN!

    Non Monsieur Bayrou, votre projet n'est en aucun cas une REFORME.

    Chris
    www.profencampagne.com
       

    Tags Tags : , , , ,