Le Bundschuh dans le Val de Villé

bundschuh2

Plusieurs lecteurs de ce blog ont trouvé l'article concernant la comparaison des "gilets jaunes" et le Bunschuh très intéressant, voici ce qu'en disait à la fin du XIXème siècle, l'abbé Th. Nartz, curé de Steige :

"1493, dès le début de l'année, des mécontents, des égarés, des gens perdus se rassemblent. Ce sont des gens de Schlestadt, de Dambach, d'Epfich, d'Andlau, de Châtenois, de Scherwiller, de Dieffenthal, du Comte-Ban, du Val de Villé, qui ne devaient pas manquer d'éléments revêches. Les Müllenheim, les moines de Honcourt, voilà des gens bien nombreux exploitant le peuple paysan ! Des plaintes de s'échanger, des conciliabules de se tenir, des attroupements de s'organiser : la conspiration est en route.

Bientôt, un rendez-vous commun, mais secret, est pris, pour plus d'entente et plus de sûreté. Il a lieu dans l'Untersberg, qui dorénavant sera nommé le Hungersberg (aujourd'hui l'Ungersberg). Les plus résolus des mécontents devinrent les chefs de la conspiration : Hans Uhlmann, ancien bourgmestre de Schlestadt, Jacques Hanser, de Blienschwiller, et Nicolas Ziegler, de Stotzheim. Ils décidèrent de supprimer les juridictions établies, de ne payer aucune dette, d'abolir les péages, taxes sur le vin et autres contributions, de n'acquitter que les impôts qu'on voudrait, de confisquer les biens des riches, de réduire les prêtres à un seul bénéfice qui ne dépassât pas 50 ou 60 florins par an. 

Leur plan d'exécution : prendre d'abord Schlestadt, puis soulever la Haute-Alsace, en demandant une aide militaire aux confédérés suisses. Les opérations devaient être entamées dans la semaine sainte. Mais la conspiration ne put rester cachée et les rebelles furent battus dans leur refuge de l'Hungersberg même. 

Uhlmann réussit à s'enfuir du massacre; il gagna Bâle où il fut arrêté, jugé et écartelé. Il déclara devant ses juges que l'alliance des peuples n'en triompherait pas moins tôt ou tard. Tous les prisonniers qui avaient été faits à l'Hungersberg furent punis : aux uns on coupa les doigts, d'autres furent bannis, d'autres furent mis à l'amende."

Et si nos "gilets jaunes", en mémoire de leurs ancêtres, organisaient une marche pacifique jusqu'au sommet de l'Ungersberg ? Voilà qui ferait parler d'eux et de leurs revendications, le tout sans violences. Une proposition de revendication : on augmente toujours les salaires en pourcentages, et ce sont les plus riches qui gagnent le plus ! Alors pourquoi pas une loi instituant "l'augmentation uniforme des salaires et des pensions" ? Une vieille revendication de mai 68 qui mériterait d'être reprise !

ungersberg