• Un excellent article publié sur le site de l' AAFC =

    13 janvier 2018 6 13 /01 /janvier /2018 23:07

    La Corée du Nord en 100 questions de Juliette Morillot et Dorian Malovic, qui vient de sortir en poche aux éditions Tallandier, détonne dans la littérature française consacrée à la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) : en effet, l'ouvrage, facilement accessible au non-spécialiste, offre un aperçu d'ensemble documenté et exhaustif, sans tomber dans les témoignages douteux, les partis pris ou les caricatures auxquels n'échappent pas la plupart des auteurs francophones, y compris parmi certains qui ont un titre de chercheur. L'un des co-auteurs, Dorian Malovic, chef du service Asie au quotidien La Croix, était l'invité au Foyer rural de Tousson (Seine-et-Marne) ce 12 janvier 2018, pour une rencontre avec les lecteurs, dont l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC) était également à l'initiative - et qui fait suite à de multiples manifestations sur la Corée (du Nord comme du Sud) organisées à Tousson par le Foyer rural.

    Pierre Beltante, animateur du foyer rural de Tousson, présente la soirée avec Dorian Malovic

    Pierre Beltante, animateur du foyer rural de Tousson, présente la soirée avec Dorian Malovic

    Comment parler de la Corée du Nord, sans tomber dans le travers d'un des récits nationaux (ou  des propagandes, ce mot ne devant pas être perçu de manière connotée) sur le pays - que ce récit soit nord-coréen, sud-coréen, américain, japonais, russe ou chinois ? En Occident, ce sont les propagandes américaine, japonaise et sud-coréenne sur la Corée du Nord qui dominent, avec l'idée fallacieuse que, parce qu'elles émaneraient de démocraties libérales comme la France, elles seraient plus exactes. 

    Spécialiste de la Chine depuis plus de 30 ans, où son refus de dénigrer systématiquement la Chine le faisait déjà taxé de parti pris pro-Pékin, Dorian Malovic s'est longtemps intéressé à la Corée du Nord, avant toutefois de ne s'y rendre pour la première fois qu'en octobre 2017 : c'est à partir de cette visite de 11 jours à l'automne dernier qu'il a commencé à présenter le pays, pour démonter les idées reçues. N'étant pas un militant, il considère qu'exercer son métier de journaliste consiste à prendre en compte les différents récits pour les confronter à la réalité et faire partager cette réalité au public. Ce sérieux et cette honnêteté déontologique expliquent pourquoi, selon nous, Dorian Malovic, approchera toujours mieux la réalité nord-coréenne qu'un énième documentaire recyclant les vieux clichés éculés sur la RPD de Corée. 

    Alors, oui, la Corée du Nord est un pays dont le niveau de vie de la population s'élève après la famine des années 1990, où les réformes économiques ont créé une nouvelle classe moyenne, et qui s'est doté de l'arme nucléaire à des fins de dissuasion comme l'a fait, par exemple, la France du général de Gaulle. Il serait temps d'accepter ces réalités, niées également par le ministère des Affaires étrangères français qui feint de s'indigner qu'aucun régime de sanctions au monde n'est inviolable.

    Si le visiteur en Corée du Nord voit ce qu'on lui montre (comme dans tout pays, les autorités sont plus enclines à vous faire voire ce qui donne une bonne image du pays...), il est possible pour un journaliste de s'y rendre sans devoir jouer les faux touristes embarqués, et sortir ainsi des jugements de valeur pour apprécier une culture plus éloignée de la nôtre que ne l'est assurément celle du Luxembourg. Cette approche n'est pas spécifique à la Corée du Nord : elle est propre à toute culture extra-européenne.

    Avant de répondre aux nombreuses questions de son auditoire - qui ont porté sur le rôle de la Chine, les richesses minérales ou encore les camps de rééducation - Dorian Malovic a dédicacé des exemplaires de La Corée en 100 questions, dont des exemplaires sont toujours disponibles à la librairie de la Halle dans la commune voisine de Milly-la-Forêt, à l'issue d'une soirée riche en débats.

     
     

    Partager cet article