• Un prétexte ignoble comme d'habitude !!!

    L’industrie pétrolière prévoit d’assurer la sécurité des travailleurs…


    … en les congédiant et en demandant aux robots de faire leur travail.


    Par Justin Mikulka – Le 19 juillet 2018 – Source DeSmog

    La plate-forme pétrolière offshore Deepwater Horizon en feu dans le golfe du Mexique en 2010. L’accident a tué 11 travailleurs. Source : Garde côtière américaine, domaine public

    L’industrie pétrolière et gazière reconnaît enfin à quel point l’emploi peut être dangereux pour ses travailleurs après des années à vanter ce secteur comme un phare de la sécurité des travailleurs. Cette soudaine honnêteté sur les dangers du travail dans les champs de pétrole coïncide avec la nouvelle solution de l’industrie pour améliorer considérablement la sécurité de ces travailleurs – qui consiste à les licencier et à les remplacer par des robots.

     

    Tout comme les dirigeants du secteur pétrolier aiment à dire que leur motivation pour sortir les pays en développement de la dépendance aux combustibles fossiles est de « sortir les gens de la pauvreté », cette soudaine préoccupation pour la sécurité ressemble davantage à un tour de passe-passe marketing pour masquer le fait que l’argument préféré de l’industrie pour de nouvelles infrastructures de pétrole et de gaz (Du boulot pour tous !) ne résiste plus à un examen attentif.

    Business à risque

    L’exemple peut-être le plus bizarre de cette situation s’est produit en juin dernier lors de la conférence annuelle de l’Energy Information Administration (EIA) des États-Unis, au cours de laquelle un groupe d’experts s’est penché sur les progrès technologiquesdans la production américaine de « Tight oil ».(« Tight oil : Pétrole de réservoir étanche »désigne le pétrole provenant de formations de schiste argileux qui nécessitent un forage et une fracturation horizontaux). L’un des intervenants était Stephen Ingram, vice-président de Technology Solutions and Innovation, société de services pétroliers travaillant pour Halliburton.

    Ingram a avancé l’argument suivant pour expliquer pourquoi l’industrie se dirigeait vers l’automatisation :

    Le geste le plus dangereux que nous demandons à nos employés en tant qu’entreprise de services, c’est de les amener sur place aujourd’hui. Donc, nous éliminons les problèmes de sécurité. Actuellement, nous ne nous concentrons pas sur l’éloignement des gens parce que les coûts sont moins élevés, mais parce que la pire chose que nous puissions faire physiquement pour nos employés à l’heure actuelle est de les conduire du campement du district au site du puits. Si vous allez à Midland, au Texas, vous mettez votre vie entre vos mains en conduisant sur l’autoroute.

    Il est vrai que le nombre de décès dus aux accidents de la route au Texas est en hausse depuis que le boom de 2008 s’est emparé de l’État, selon une enquête menée en 2014 par le Midland Reporter-Telegram. Toutefois, Halliburton ne suggère pas de s’attaquer à la cause profonde de ces accidents : la surabondance de camions commerciaux, qui desservent souvent des sites de fracturation, et qui fonctionnent avec des problèmes de sécurité potentiellement mortels comme des freins défectueux, des pneus lisses, des feux de sécurité inopérants et des conducteurs non qualifiés, inaptes ou drogués.

    Par mesure de sécurité, Ingram suggère plutôt de supprimer les emplois autour des puits de pétrole et de gaz qui obligent les travailleurs à y aller. Ce qui signifie que ces travailleurs peuvent s’attendre à risquer leur vie sur les autoroutes mortelles du Texas en se rendant au bureau du chômage, mais cela ne sera plus le problème de Halliburton.

    Ingram se contente d’utiliser les points de discussion les plus récents de l’industrie – bien qu’il aille peut-être jusqu’au bout de la logique avec cet exemple. En juin 2018, un message similaire a été publié dans un article sur l’automatisation de l’industrie pétrolière et gazière sur le site Internet Chemical Report.

    « L’intelligence artificielle peut éliminer les problèmes de santé et de sécurité en aidant les opérateurs à contrôler les tâches critiques grâce à des systèmes automatisés sans avoir besoin de présence humaine », peut-on lire dans l’article.

    « Sans le besoin de présence humaine. » Ou de le payer.

    Dans un autre article du Midland Reporter-Telegram (avec exactement la même date de parution que celui du Chemical Report), GE présente le même argument pour son travail d’automatisation de l’industrie pétrolière et gazière. Selon un employé de GE, « les méthodes d’inspection manuelles d’aujourd’hui peuvent être intrinsèquement dangereuses… ».

    Un article paru en juin dans Robotics Tomorrow va jusqu’à affirmer que le nombre de victimes de la catastrophe pétrolière de Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique a poussé l’industrie à adopter la robotique et à éliminer la présence humaine sur les sites pétroliers et gaziers : « … c’est le fiasco Deepwater Horizon de 2010 qui a finalement amené cette industrie à envisager l’automatisation ».

    C’est presque comme s’il y avait un effort coordonné pour faire passer ce nouveau message au public.

    Un message unifié de l’industrie

    Dans un éditorial du Wall Street Journal de mai, Jason Bordoff, directeur de l’influent Center on Global Energy Policy (CGEP) de l’Université de Columbia (financé au moins en partie par l’industrie pétrolière), souligne comment l’automatisation et l’intelligence artificielle (IA) permettront de produire du pétrole pour moins cher.

    Bordoff écrit sur l’industrie pétrolière offshore, qui a commencé à adopter l’automatisation et l’intelligence artificielle, et met en lumière les points à discuter. « Les plates-formes de production sans personnel et télécommandées réduisent considérablement les coûts et améliorent la sécurité opérationnelle », écrit M. Bordoff. La réduction substantielle des coûts provient de la réduction de la taille des effectifs.

    M. Bordoff et le CGEP sont réputés pour pousser l’industrie à cette discussion. Tous deux ont joué un rôle de premier plan dans la levée de l’embargo américain sur les exportations de pétrole brut, en invoquant des arguments qui, rétrospectivement, se sont avérés profondément erronés. Néanmoins, elles étaient conformes au message de l’industrie pétrolière et gazière de l’époque – et en 2015, l’interdiction d’exportation a été levée.

    Un sous-titre d’un article paru en 2016 dans Offshore Technology résume l’une des idées principales derrière l’automatisation de l’industrie : « Sortir l’humain du processus ».

    L’industrie pétrolière et gazière est certainement efficace pour communiquer un message unifié lorsqu’elle tente d’influencer l’opinion publique. À l’heure actuelle, le message est que l’industrie est en train d’éliminer les problèmes de sécurité en raison des dangers inhérents au travail dans l’industrie pétrolière et gazière.

    Pourtant, il n’y a pas si longtemps, l’industrie disait que ces dangers n’existaient pas. Aujourd’hui, cependant, les dirigeants de l’industrie du pétrole et du gaz de schistes ont de la difficulté à rentabiliser leurs activités et semblent se tourner vers les coûts de main-d’œuvre pour y parvenir.

    Qu’est-il arrivé à cette industrie pétrolière et gazière « exceptionnellement sûre » ?

    En 2013, Robert Bradley, Jr. chantait un air très différent dans un éditorial à Forbes. M. Bradley dirige l’Institute for Energy Research, qui est financé par l’industrie et qui, de nos jours, se consacre surtout à l’énergie renouvelable. Son emploi précédent était chez Enron.

    Bradley a publié une série de chroniques pro-industrie pour Forbes, mais en 2013, il s’est concentré sur la sécurité« Vous ne le sauriez pas en suivant la couverture médiatique, mais l’industrie américaine du pétrole et du gaz naturel est l’un des secteurs les plus sûrs en terme d’exploitation », a-t-il écrit. Bradley s’y attelait encore en 2016 avec une autre chronique de Forbes intitulée « Au-delà du battage médiatique, l’industrie de l’énergie est exceptionnellement sûre ».

    En 2015, le groupe leader, soutenu par l’industrie, Energy in Depth a publié un article attaquant le cinéaste de Gasland, Josh Fox, pour avoir souligné que l’industrie pétrolière et gazière était dangereuse. Cet article est particulièrement intéressant maintenant parce qu’il soutient d’abord que l’industrie est sûre, mais après avoir admis que le secteur pétrolier et gazier pourrait avoir ses problèmes, il souligne que les risques sont acceptables parce qu’ils s’accompagnent de promesses en matière d’emplois. Energy in Depth dit : « Les syndicats ont qualifié l’industrie de la fracturation hydraulique de ‘sauveur’ pour les familles de travailleurs. »

    Quelques années plus tard, la même industrie affirme qu’elle se préoccupe de la sécurité des travailleurs en éliminant les emplois qu’on appelait auparavant « les emplois qui sauvent des vies » pour les familles de travailleurs.

    La liste est longue d’exemples où l’industrie pétrolière et gazière prétend que la sécurité des travailleurs est une priorité et que l’industrie est l’une des plus sûres. Cette vidéo de 2015 du Dakota du Nord affirme que la sécurité est la priorité absoluede l’industrie pétrolière. Pourtant, les antécédents réels de l’industrie n’étayent pas cette affirmation.

    L’industrie n’est pas sûre et la sécurité des travailleurs n’est toujours pas une priorité

    Sharon Wilson, de Earthworks, a récemment expliqué à E&E News, dans un article sur les risques des gaz nocifs pour les travailleurs manipulant du pétrole brut, où la sécurité des travailleurs est une priorité dans l’industrie.

    « L’industrie n’est pas du tout sérieuse en ce qui concerne la maîtrise du méthane », a déclaré M. Wilson. « elle ne se soucie pas du tout des travailleurs. »

    Une analyse d’E&E News de 2017 a révélé que « l’industrie pétrolière et gazière en amont a l’un des taux les plus élevés de blessures graves du pays… Selon certaines mesures, elle a même le taux le plus élevé ». Ce point n’a pas surpris l’ancien chef de l’Occupational Safety and Health Administration (OSHA).

    Ce n’est pas nouveau. Un rapport publié en 2013 par les centres de contrôle et de prévention des maladies a conclu : « Entre 2003 et 2010, l’industrie [du pétrole et du gaz offshore] a eu le plus grand nombre de morts aux États-Unis. »

    Le Wall Street Journal a récemment documenté cette tendance à l’automatisation (et donc à la suppression) de nombreux emplois dans l’industrie pétrolière et gazière. L’histoire, intitulée « Les nouvelles technologies autour du pétrole sonnent la fin pour les Roughnecks », reconnaît que le métier de « roughneck » était une vie « souvent dangereuse ».

    Pendant longtemps, les travailleurs de l’industrie pétrolière et gazière ont accepté les nombreux risques au travail (y compris la perte de doigts et les fractures de membres) parce que ces emplois dangereux pouvaient aussi payer 150 000 $ par année à une personne ayant fait des études secondaires.

    Pourtant, un certain nombre de représentants de l’industrie pétrolière et gazière semblent s’entendre pour dire que ces emplois vont disparaître. Mais l’idée que ces emplois disparaissent parce que l’industrie s’est soudainement intéressée à la sécurité des travailleurs, plutôt que, du moins en partie, de réduire les salaires et les avantages sociaux élevés des travailleurs, est difficile à croire.

    Après que l’armée américaine eut anéanti le village de Bến Tre, au Vietnam, en 1968, les manchettes des journaux ont cité un officier militaire américain : « Il était devenu nécessaire de détruire la ville pour la sauver ».

    L’industrie pétrolière semble adopter une approche similaire à l’égard de sa main-d’œuvre. Pour assurer la sécurité des travailleurs, il faut les éliminer.

    Justin Mikulka

    Note du Saker Francophone
    Cet article est tiré d'une série : L’industrie du schiste argileux creuse plus de 
    dettes que de bénéfices ? dettes que de bénéfices
    .

    Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone