Alors que le Donbass fête aujourd’hui, 23 février, le jour du Défenseur de la patrie (comme en Russie), ce dernier est assombri cette année, par un nouveau crime de guerre ignoble de l’armée ukrainienne, qui s’ajoute à tous ceux, déjà nombreux, commis par cette armée soutenue par l’Occident. Un nouveau crime de guerre qui préfigure ceux que la loi de réintégration du Donbass votée par la Rada essaye de justifier et de légaliser.

Signée par Porochenko le 20 février, la loi a été publiée officiellement aujourd’hui, et prend donc effet dès demain, 24 février.

Et histoire de « fêter » ça, les soldats de la 93e brigade, stationnés face à Dokoutchayevsk, et qui ont fait du tir sur zones civiles leur « loisir » favori, n’ont rien trouvé de mieux à faire que de tirer sur une ambulance, tuant les trois occupants du véhicule….

D’après les informations transmises par le commandement opérationnel de l’armée de la République Populaire de Donetsk (RPD), suite à des tirs de mortier de 120 mm menés par cette même 93e brigade, un soldat de l’armée de la RPD a été blessé.

Afin de mener son évacuation à bien dans les meilleures conditions, un représentant de la RPD au sein du Centre Conjoint de Contrôle et de Coordination du cessez-le-feu (CCCC) a demandé une trêve locale via l’OSCE. La partie ukrainienne a accepté, mais alors que l’ambulance emmenait le soldat blessé vers l’hôpital, les soldats ukrainiens ont tiré avec un missile antichar guidé sur l’ambulance, pourtant facilement reconnaissable à sa croix rouge sur fond blanc.

Le chauffeur, l’infirmier et le soldat blessé ont été tués sur le coup. Pour rappel cela est une violation totale de la convention de Genève et est donc clairement et sans ambiguïté aucune un crime de guerre ! Sans parler du fait que la partie ukrainienne a montré une fois de plus que sa parole vaut encore moins que le papier sur lequel elle est écrite.

Le pire est que le commandement ukrainien ne cache même pas le fait que le tir a eu lieu, mais prétend que les soldats ukrainiens ont tiré sur un véhicule de combat d’infanterie. L’état-major ukrainien a même publié une vidéo sur sa page Facebook, montrant le tir, mais zoomé de telle manière avant et au moment de l’impact qu’on ne voit pas quel type de véhicule est touché.