• 22 Juin 2018

    Publié par El Diablo

    LETTRE OUVERTE d’une cheminote : « C’est notre arrêt de mort qu’on planifie »

    Une cheminote gréviste expose les multiples raisons de se révolter contre la réforme ferroviaire. Un appel à ses collègues, aux usagers, et aux cadres de la SNCF à rejoindre le combat.

    ******

    Aujourd’hui, j’entame ma 5ème année au sein de cette grande famille cheminote. Quand j’ai signé ce contrat j’étais tellement fière de suivre les pas de mon père au sein de la SNCF. 
    De rentrer à mon tour dans cette grande boîte du service public qui offrait des possibilités d’évolution certaines, dont les agents avaient surmonté déjà de nombreux conflits et qui leurs avaient permis de garder des conditions de travail décentes et normales. 
    Aujourd’hui, c’est avec beaucoup plus d’amertume que je revois mes propos. 
    Depuis le 22 mars, nous nous battons mais avez-vous tous réellement compris l’intérêt de se battre aujourd’hui ? Avez-vous réellement lu les différents amendements proposés ? Les avez-vous compris ? Quand je vois tous ces « collègues » qui vont travailler encore aujourd’hui je me dis que ce n’est pas possible. Vous ne devez pas avoir saisi les enjeux de cette bataille. C’est notre arrêt de mort qu’on planifie là, c’est la guillotine qui est au-dessus de nos têtes qui va tomber.

    Je n’ai pas signé chez Transdev, VFLI, ECR ou tout autre boîte privée, j’ai pas signé pour avoir des conditions de travail lamentables, une évolution de carrière inexistante. Pas non plus pour dégrader le service public, le mode de déplacement de centaines de familles, de travailleurs tous les jours. Je n’ai pas signé pour que ces mêmes personnes se retrouvent avec des billets à des tarifs exorbitants car oui, on vous a menti encore une fois dans les médias, regardez un peu autour de vous, ouvrez les yeux arrêtez de vous bourrer le crâne de ces mensonges médiatiques, allez voir les tarifs d’un billet de train en Angleterre, en Allemagne voir si c’est si économique qu’on peut vous le dire. De plus après avoir payé votre billet une petite fortune il faudra vous rendre dans la grande ville la plus proche car le train que vous preniez en râlant a 5mn de votre domicile ne passera plus. La ligne sera supprimée. Et par-dessus tout j’ai encore moins signé pour que ces personnes voyagent en insécurité de par une circulation assurée par des gens à peine formés ou encore du matériel déficient car oui les Opérateurs Privés voudront forcément faire du bénéfice contrairement à une entreprise publique ce qui signifie des entretiens à moindre coûts du matériel, des infrastructures des formations à moindre coûts. RENTABILITÉ oblige.

    Abordons le sujet du Fret maintenant, combien de camions faut-il pour contenir ce que peut transporter un train ? Ne sommes-nous pas dans une génération qui doit faire attention à la planète, à l’écologie ? Alors pourquoi engorger les routes avec 55 camions de 32tonnes quand nous pouvons former un train de 35 wagons ?

    Allez pour la fin, parlons de vous nos cadres, vous qui venez nous remplacer en poste vous en mettre plein les poches pendant que nous essayons de lutter envers vents et marées. Avez-vous déjà vu une entreprise privée qui avait autant de cadres ? Vous serez les premiers à sauter soyez en sûr alors qu’attendez-vous pour nous rejoindre ? Vous êtes carriériste vous allez me dire, être gréviste c’est réduire ces possibilités d’évolutions mais quand vous serez au chômage elles seront bien réduites vos petites carrières.

    J’en arrête là mais je pourrais encore vous parler de nos CE, nos EPHAD, notre patrimoine mobilier ICF.. 
    C’est un appel au réveil général. Ouvrez les yeux, éteignez vos télés, fermez vos journaux, réfléchissez par vous-même à ce qui est en train de se passer et rejoignez-nous, il n’est pas trop tard pour se joindre à la lutte.

    Posez vos DII.

    Sloann Meriguet

     

    SOURCES :


  • 22 Juin 2018

    Publié par El Diablo

    Hôpitaux, déserts médicaux, accès aux soins...

    Stop à la catastrophe sanitaire

    Notre santé est en danger

    Partout en France, les hôpitaux implosent et tous les établissements de proximité paient le prix fort alors que dans le même temps, la médecine de ville se fait de plus en plus rare tant en zone rurale que dans les zones urbaines, et particulièrement dans les secteurs d'habitat populaire.

    De moins en moins de soins possibles à proximité, de plus en plus d'attentes et de déplacements pour se soigner avec des difficultés d'accès pour toutes et tous et un renoncement accéléré aux soins pour les plus fragiles ...

    Stop ... ça suffit !

    Pour notre santé toutes et tous à Paris

    Samedi 23 Juin 2018
    Rassemblement à partir de 12h

    Place de la République

    Avec le soutien de la Convergence service public et de Notre Santé en Danger

     

    VOIR ÉGALEMENT LE LIEN CI-DESSOUS:


  • Venezuela : Augmentation de 100% des salaires et des pensions

    22 Juin 2018, 15:49pm

    Publié par Bolivar Infos

    Caracas, 21 juin (RHC)- Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a annoncé une augmentation de 100% du salaire minimum dont doivent bénéficier de façon immédiate tous les travailleurs du pays.

     

    Au cours d'une réunion avec des représentants des ouvriers, le président vénézuélien a précisé que les revenus des citoyens incluront le bon d'alimentation.

     

    Le chef d'état a également fait savoir que cette augmentation inclut aussi les pensions que perçoivent les personnes du troisième âge pour contrecarrer la guerre économique que vit le pays.

     

    Nicolás Maduro a également assuré que les mesures prises en faveur des Vénézuéliens à travers le système de programmes sociaux, seront renforcées comme une stratégie pour garantir la protection du peuple.

     

    Il a également fait savoir que le Plan Chamba Juvénile, qui aide les jeunes à obtenir leur premier emploi, deviendra une loi.


    http://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/165179-nicolas-maduro-annonce-une-augmentation-de-100-des-salaires-et-des-pensions

    http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2018/06/venezuela-augmentation-de-100-des-salaires-et-des-pensions.html


  • Le Rwanda est prêt à jouer un rôle irremplaçable dans le « Pivot vers l’Afrique » de la Russie


    Par Andrew Korybko – Le 9 juin 2018 – Source Oriental Review

    Lavrov’s visit to RwandaLa visite de Lavrov au Rwanda a été un succès étonnant car il a discuté de futurs accords militaires (y compris sur les systèmes de défense aérienne), de perspectives autour de l’énergie nucléaire et de coopération économique avec son homologue, mais il y a plus. Il faut mentionner un contexte crucial sur ce qui a réuni en premier lieu cette paire improbable de pays. La Russie soutient la République centrafricaine à proximité avec des armes et des conseillers militaires depuis la fin de l’année dernière alors que ce pays lutte pour libérer les 80% de son territoire déchiré par la guerre mais riche en minerais et toujours sous le contrôle de diverses milices. Il est probable qu’à ce titre, les représentants russes aient été en contact avec quelques-uns des quelque 1 000 soldats rwandais qui forment un élément fort de la force de maintien de la paix des Nations Unies, qui compte plus de 14 000 hommes.
     
    Le minuscule Rwanda boxe bien au-dessus de sa catégorie en terme de poids quand il s’agit des affaires militaires, comme il l’a prouvé lors des deux guerres du Congo, dont la première l’a vu conquérir son gigantesque pays voisin, presque 100 fois plus grand que lui. Le Congo est de nouveau au bord de la guerre et il est possible que l’effondrement lent de ces deux dernières années se transforme rapidement en un véritable effondrement, ramenant potentiellement le Rwanda dans un autre conflit congolais. Kigali organise déjà des raids occasionnels dans l’est du Congo afin de traquer les chefs de milices hutues qui, selon lui, sont des « terroristes » et ont été impliqués dans le génocide de 1994. Il contrôle aussi toujours les milices tutsies dans la région comme un moyen indirect de contrecarrer les premiers et maintenir une influence via le commerce des minerais dans lequel ces milices hutues sont censées être impliquées.

    Lavrov’s visit to RwandaLe ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et la ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Louise Mushikiwabo, se sont rencontrés à Kigali

    La Russie reconnaît la réalité. Le Rwanda est une superpuissance militaire en Afrique centrale et il jouera certainement un rôle décisif dans toute prochaine guerre au Congo, ce qui pourrait aussi expliquer pourquoi Lavrov était si désireux de visiter le pays et découvrir de quoi le Président Kagamé a discuté avec Macron à la fin du mois dernier, lors d’une réunion à huis clos à Paris. Les médias ont suggéré que la crise du Congo se développait. La Russie envisage son grand rôle stratégique du XXIe siècle comme étant la force suprême d’équilibrage en Afro-Eurasie, et dans ce contexte il convient de mentionner que Moscou et Kinshasa ont récemment relancé leur accord militaire de 1999 pour que la Russie fournisse un entraînement militaire au Congo ainsi que de l’équipement. Il est donc logique que Moscou ait intérêt à renforcer ses liens avec Kinshasa et Kigali afin de « négocier » tous les problèmes potentiels entre eux.

    En se souvenant du nouveau rôle de la Russie en République centrafricaine, il est évident que le « pivot vers l’Afrique » de la Russie vise directement le cœur géostratégique du continent quand on prend en compte ses dimensions rwandaise et congolaise. En outre, le Rwanda, en tant que président de l’Union africaine cette année, a signé un accord de libre-échange continental (ZLEC) il y a quelques mois pour créer une base commerciale sans frontières semblable à l’UE. Au cours de son voyage, Lavrov a annoncé que la Russie et l’Union africaine rédigeaient un accord de coopération qui visera vraisemblablement à formaliser les intérêts de son pays auprès du bloc suite à son récent « pivot » vers l’Afrique centrale. En fin de compte, les prochaines initiatives de Moscou en Afrique dépendront dans une large mesure de ce qui va se passer au Congo et de son habileté à tirer parti de ses dernières relations en Afrique centrale pour faire avancer une politique continentale globale dans la nouvelle guerre froide.

    L’article présenté est la transcription partielle du programme radiophonique CONTEXT COUNTDOWN sur Sputnik News, diffusé le vendredi 8 juin 2018.

    Andrew Korybko est le commentateur politique américain qui travaille actuellement pour l’agence Sputnik. Il est en troisième cycle de l’Université MGIMO et auteur de la monographie Guerres hybrides : l’approche adaptative indirecte pour un changement de régime (2015). Ce texte sera inclus dans son prochain livre sur la théorie de la guerre hybride. Le livre est disponible en PDF gratuitement et à télécharger ici.

    Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone


  • Un chauffeur de Ouibus oublie une passagère et propose de jeter son sac

    Un chauffeur de Ouibus oublie une passagère et propose de jeter son sac

    Haaa… Le car Macron… dans toute sa splendeur ! Quand la bulle macronnienne et jupitérienne dégonflera, on se rendra compte du champ de ruines. Bref.

    Rassurez-vous, ou inquiétez-vous, pour être plus précis, ceci n’est pas propre à Ouibus, Ouibus qui dit oui au mauvais service client !

    Chez Ouibus, vous êtes un peu un usager… il faut dire que Ouibus c’est la SNCF! La culture « cheminotte » a la vie dure!!

    « Une passagère a été laissée sur une aire de repos entre Bordeaux et Toulouse, lors d’un trajet en Ouibus le lundi 18 juin. Alerté par un autre passager, le chauffeur s’est montré indifférent. »

    « L’histoire ne s’arrête pas là. Une fois le bus arrivé à Toulouse, Egan remarque que le sac de la passagère oubliée est resté sur son siège. « Nous l’avons présenté au chauffeur qui a dit que nous pouvions le mettre à la poubelle », raconte-t-il à la Dépêche. Le chauffeur lui aurait rétorqué «qu’il (était) pressé, que les bus ne sont pas une garde scolaire et que cela ne le regardait pas». Ce sont donc les passagers eux-mêmes qui ont remis le sac à quelqu’un en gare de Toulouse.

    « Une voyageuse est effectivement restée sur l’aire de service de la Garonne, lors du trajet de lundi soir entre Bordeaux et Toulouse », a confirmé le siège de Ouibus à La Dépêche. «Nous sommes en contact avec elle depuis ce moment-là, via la tour de contrôle Ouibus, pour nous assurer de son arrivée à Toulouse et lui permettre de récupérer ses bagages dans les plus courts délais.» Son voyage lui sera intégralement remboursé. »

    Le problème n’est pas ce cas « particulier ».

    Le problème est général dans notre pays avec une perte importante de savoir-faire, de tenue, de bonnes manières, d’éducation, de service rendu, de bonne attitude commerciale ou professionnelle.

    Manque de motivation, mauvaises conditions salariales, mauvaise gestion humaine, encadrement défaillant, c’est valable aussi bien dans le nucléaire que dans les bus Macron.

    C’est tout un pays qu’il faut reprendre en main et cette reprise doit se faire par l’éducation.

    Charles SANNAT

    Source Ouest-France ici (article entier ici)






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires