• 22 Mars 2019

    Publié par El Diablo

     

    Le 18 mars 2019

    Par Mathieu MOREL 

     

    Bien sûr, personne ne peut raisonnablement dire que les réponses politiques – les seules qui vaillent, pourtant – sont faciles à trouver. Encore faudrait-il au moins se donner la peine de les chercher. Encore faudrait-il… faire de la politique.

    Le pouvoir – c’est décidément sa méthode constante – a parié sur le pourrissement et la provocation. Nous savions depuis trois ou quatre décennies dans quel mépris il tenait le peuple. En plaçant ce forcené à sa tête au moment précis où tout commençait à flamber, il y a ajouté l’insulte. Ne nous payons plus de mots : il a clairement fait le choix de l’affrontement, et la perspective d’une guerre civile ne l’effraie plus, lui. Par des provocations incessantes, par des inconséquences plus ou moins fortuites (comment peut-on sérieusement interpréter une crâneuse sortie au ski sous l’objectif flagorneur des photographes alors qu’on sait que Paris va être sous tension ?), en ajoutant l’insulte à l’arrogance, en laissant opportunément casser les professionnels de la casse tandis qu’il poursuivait assidûment (et indûment) ceux qui ne présentaient pas un grand danger. Bref : rien n’a manqué pour que la contestation dégénère.

    […]

    LA SUITE EN LIEN CI-DESSOUS :


  • 22 Mars 2019

    Publié par El Diablo

     

    À l'approche de la date officielle du Brexit, la scène politique britannique est rythmée par d'incessants rebondissements, eux-mêmes liés au bras de fer entre Londres et Bruxelles. Malgré ce chaos, l'économie britannique affiche de beaux chiffres.

    A l'approche de la date théorique de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE), l'imbroglio politique autour de sa mise en place se poursuit : le Premier ministre britannique Theresa May doit adresser d'ici mercredi 20 mars une lettre à l'UE pour demander un report du Brexit au-delà de l'échéance du 29 mars. Sur le plan économique, en revanche, la situation se montre avantageuse pour le Royaume-Uni : l'Office national des statistiques britannique rapporte que le taux de chômage du pays a atteint son plus bas niveau depuis 1975, reculant à 3,9% lors des trois mois achevés à fin janvier 2019. Malgré, donc, toutes les incertitudes économiques que fait peser le Brexit.

    […]

    LA SUITE EN LIEN CI-DESSOUS :


  • 22 Mars 2019

    Publié par El Diablo

     

    Un récent sondage IFOP montre que pour près de 40% de la population, une révolution est nécessaire pour améliorer la situation du pays. Les Français sont en outre «déçus» par l’état de leur nation et s’attendent à une opposition forte entre le peuple et les élites.

    Pour 39% des Français, il faudrait une révolution pour changer la situation du pays, tandis que 50% considèrent plutôt qu'il faudrait un programme de réformes, selon un sondage IFOP pour Atlantico. Seuls 3% des Français estiment qu'il n'y a pas besoin de changements […]

     

    LA SUITE EN LIEN CI-DESSOUS :

     

     

    Panique au Château: déjà 39% des Français veulent une révolution !

    Selon un sondage IFOP pour Atlantico, 39% des Français considèrent que pour changer la situation du pays, il faudrait une révolution, tandis que 50% d'entre eux considèrent plutôt qu'il faudrait un programme de réformes. Comment expliquer cette situation comparativement aux autres pays européens ?

     

    VOIR LE LIEN CI-DESSOUS :


  •  
     
    Madame, Monsieur,

    Ils sont un peu plus de 38 000, touchent en moyenne 6 500 euros par mois (3 fois plus que la moyenne des Français), bénéficient d'avantages et de primes aux petits oignons et ne payent pas d'impôts dans leurs pays d'origine…

    Il s'agit des fonctionnaires de l'Union européenne, une armée de technocrates très spécialisés, majoritairement basés à Bruxelles, au siège des institutions européennes, et qui tirent leur rémunération – et une kyrielle d'avantages très enviables – de l'argent des impôts de tous les citoyens européens – français compris.
     
    • Les "assistants" (niveau bac) sont recrutés à 2 300 euros par mois…
    • Les "administrateurs", recrutés à partir d'un bac + 3, touchent plus de 4 000 euros dès le début de leur carrière.
    • Et tout en haut de l'échelle, les fonctionnaires européens les mieux payés empochent plus de 16 000 euros tous les mois…
     
    C'est indécent !

    Chaque année, ce sont 4 milliards d'euros qui sont dépensés pour financer le train de vie fastueux de cette petite caste de privilégiés. Alors que l'UE demande à la France de faire des économies budgétaires, il serait opportun qu'elle réduise elle-même la facture demandée aux contribuables, en diminuant les avantages indécents de ses fonctionnaires !

    Avec les élections européennes prévues en mai prochain, nous avons une chance de nous faire entendre des candidats, pour exiger la fin de ces privilèges injustifiés : rejoignez ma pétition pour dire "Stop aux avantages abusifs des fonctionnaires européens !"
     
     
    En plus d'un traitement de base très élevé et sans comparaison avec les niveaux de salaire des différents pays européens, les fonctionnaires de l'UE bénéficient d'une myriade de primes et d'avantages franchement indécents :

    1/ Une indemnité de "dépaysement" qui peut augmenter leur rémunération jusqu'à 16 %, tout ça parce qu'ils ont choisi de vivre dans un autre pays que le leur – pourtant, pour un Français, un Luxembourgeois ou un Néerlandais, surtout quand on a déjà vécu dans une grande ville, il ne doit pas être particulièrement dépaysant de venir s'installer à Bruxelles…

    2/ Un aller-retour gratuit par an pour aller passer des vacances dans leur pays d'origine, assorti de 6 jours de vacances supplémentaires au-delà de 2 000 km

    3/ Des allocations familiales qui feraient rêver tous les parents français, à qui on refuse la plupart des aides lorsque leurs revenus dépassent le salaire moyen des autres ménages :
     
    • plus de 370 euros chaque mois pour chaque enfant à charge, sans conditions de ressources ;
    • plus de 250 euros par mois en plus pour chaque enfant scolarisé ;
    • 170 euros par mois, majorés de 2 % du traitement de base, au titre d'une allocation de foyer ;
    • 200 euros pour chaque naissance ;
    • et l'accès gratuit à l'école européenne, une école réputée, qui coûte aux non-fonctionnaires entre 5 000 et 10 000 euros par an.
       
    4/ Une allocation d'installation de près de 500 euros pour un célibataire et plus de 800 euros pour une famille, et une exemption de TVA pendant un an pour équiper leur logement et acheter leur voiture.

    Pour un modèle vendu 30 000 euros TTC, cela représente une économie substantielle de 5 000 euros. Sans compter que la plupart des constructeurs leur offrent, en plus, une "remise diplomatique" de 7 à 20 % par rapport au tarif catalogue !

    5/ Des retraites dorées, calculées à 70 % du dernier – et meilleur – traitement de leur carrière (contre la moyenne des revenus perçus pendant les 25 meilleurs années pour les salariés français). Résultat : les retraités de la fonction publique européenne touchent en moyenne 6 000 euros par mois, soit quatre fois plus que la moyenne des pensions versées en France !

    Il n'est pas acceptable que l'argent de nos impôts durement payés serve à entretenir le train de vie fastueux de cette petite caste de fonctionnaires hors-sol : exigeons une réforme de leurs avantages, pour qu'ils soient logés à la même enseigne que leurs compatriotes européens dont ils régissent, par leurs directives et règlements, les vies quotidiennes !

    Rejoignez la mobilisation en ajoutant votre signature à la pétition : "Stop aux avantages abusifs des fonctionnaires européens !", et transmettez ce message à vos contacts pour les informer de ces privilèges scandaleux qu'ils financent par leurs impôts.
     
     
    Aujourd'hui, alors que la pression fiscale devient insupportable et que tellement de Français ont du mal à joindre les deux bouts, il est tout à fait inadmissible de continuer à payer pour ces privilèges indus conférés à une petite caste de fonctionnaires européens trop bien lotis.

    C'est le message que nous devons faire passer, tous ensemble, aux candidats aux élections européennes.

    D'ici le 26 mai, date du scrutin, il faut que nous soyons des dizaines de milliers à signer cette pétition pour exiger des candidats en campagne qu'ils s'engagent à réformer les avantages des fonctionnaires européens une fois élus.
    Alors, s'il vous plaît, signez sans attendre la pétition, et faites suivre ce message à tous vos contacts, pour leur demander de signer eux aussi.

    Si nous sommes suffisamment nombreux à nous mobiliser, les futurs députés européens seront forcés de s'engager pour plus de justice et d'équité.

    Merci d'avance !

    Philippe K.

    Pour en savoir plus :
     

  • Nouveaux sur notre site http://bolivarinfos.over-blog.com

     
    En page d’accueil:
     
    1)Venezuela: Ils viennent pour l'or : les Etats-Unis sanctionnent l'entreprise minière d’Etat , un article de Telesur du 19 mars 2019 traduit par Françoise Lopez. 
     
    2)Venezuela: Trump et Bolsonaro redemandent aux militaires vénézuéliens d'abandonner Maduro”,un article du Resumen Latinoamericano du 19 mars 2019 traduit par Françoise Lopez. Une belle brochette… Trump et Bolsonaro!
     
    3)Venezuela: L'ONU réalise un forum sur les fausses informations concernant la crise humanitaire , un article de Telesur du 19 mars 2019 traduit par Françoise Lopez. Des journalistes étasuniens qui participent à ce genre de forums, ça fait plaisir…
     
    4)Cuba-Venezuela : La vérité ou le visa ? Les mensonges du New York Times ,un article de Granma en français du 19 mars 2019. Le retour des incitations au mensonge contre un visa pour les médecins cubains… Une honte pour ceux qui font la proposition et une honte pour ceux qui l’acceptent… 
     
    Bonne lecture à tous,
     
    Françoise Lopez