• 4 Juillet 2020

    Publié par El Diablo

    capture d'écran LCI

     

    Dans un communiqué, l'Elysée a fait savoir qu'Edouard Philippe avait présenté la démission de son gouvernement à Emmanuel Macron, qui l'a acceptée. Un nouveau Premier ministre sera nommé «dans les prochaines heures» selon l'Elysée. Alexis Poulin, co-fondateur du Monde Moderne, commente ce nouveau tournant dans le quinquennat du président français.

    Jean Castex, maire de Prades (Pyrénées-Orientales), a été nommé Premier ministre. Il succède ainsi à Edouard Philippe, qui a présenté la démission de son gouvernement à Emmanuel Macron le même jour. Pierre-Yves Rougeyron, juriste, président du cercle Aristote, commente ce remaniement.

     

    Énarque, technocrate de droite : avec Jean Castex, quid des promesses de renouveau de Macron ?
     

    Le président a nommé Jean Castex pour succéder à Edouard Philippe à Matignon. Ce haut-fonctionnaire d'Etat chevronné, homme de droite assumé et maire d'une petite ville des Pyrénées est loin de représenter le renouvellement cher à Emmanuel Macron.

     

    LIRE LA SUITE:

     

    Avec Jean Castex, Macron nomme un "super dir’cab" qui va plaire à la droite

     

    Parfait inconnu du grand public, Jean Castex aura surtout un rôle de soutier auprès d’un Macron omniprésent. En le nommant Premier ministre ce 3 juillet, le président cherche à reprendre la main sur la technocratie, tout en continuant à braconner à droite.

     

    LIRE LA SUITE:


  •  

    Dépenses astronomiques, récession économique sanglante, déficits publics abyssaux, emballement de la dette...

     

    La dette finit toujours par être payée

    Non aux impôts Covid !

    Cher contribuable,

    L’Etat n’a rien vu venir. Et s’est pris la crise-Covid de plein fouet.

    Impréparation, atermoiements, dysfonctionnements, corporatismes, blocages réglementaires...

     

    ·       Technocrates et politiques ont géré la pénurie par le mensonge.

    ·       Et la verticalité administrative, déconnectée des réalités du terrain, s’est noyée dans son inertie et son incompétence.

     

    Ne restaient debout que les soignants, seuls au front, prêts à se battre contre le Covid19... avec les « moyens du bord ».

    Comment en est-on arrivé là ?
    Nous qui mettons tant d’argent dans la santé ?

     

    Nous avons paraît-il « le meilleur système de santé du monde » ... C’est surtout le système le plus coûteux de l’Union européenne.

     

    278 milliards d’euros en 2019. Plus de 2 500 milliards d’euros sur 10 ans. C’est 11,5% du PIB par an.

    Une manne ! Que nous acceptons tous de payer parce que nous croyons financer un système de santé robuste et efficace.

     

    Pourtant, quand sonne le tocsin de l’action, quand il faut monter sur le pont et se battre, c’est la débandade !

    ·       Là où les Allemands démarrent avec 28 000 lits de réanimation et peuvent monter à 40 000, nous n’en avons que 5 000 (et peinons à monter à 14 000).

    ·       Là où les Allemands ont des réserves stratégiques de masques et arrivent à s’en procurer massivement, nous n’en avons pas.

    ·       Là où les Allemands font massivement des tests de dépistage depuis le début de la crise-Covid, nous en sommes incapables. Ils monteront à 700 000 tests par jour fin mai, quand nous espérons monter à 700 000 tests par semaine.

     

    Les Allemands cassent les chaînes de transmission du virus, pendant que les Français accumulent les morts et sont contraints de mettre toute l’économie à l’arrêt sous peine de voir les hôpitaux imploser...

     

    Fragiles, nos hôpitaux ont été incapables d’encaisser sereinement le choc viral du Covid. Malgré les centaines de milliards déversés dans le système de santé. Malgré des soignants héroïques.

     

    Le constat est sans appel : l’argent injecté dans le « système » n’arrive pas sur le terraindans les hôpitaux.

     

    Depuis des mois, urgentistes, chefs de services hospitaliers, infirmières... tous les soignants nous le crient ! S’époumonent ! Nous manquons d’effectifs et de moyens !

     

    Mais alors...

    Où passent les centaines de milliards versés aux hôpitaux ?

     

    Détournés ! Engloutis :

    ► Par la bureaucratie ! Notre système de santé est sur-administré, ultra normé, corseté, surveillé par une armada de technocrates non soignants. Un écheveau administratif d’une complexité inouïe, pris en flagrant délit d’incompétence et pulvérisé par le Covid.

    ► Par le personnel hospitalier administratif pléthorique. Ce personnel non médical représente 35 % des emplois hospitaliers en France (contre seulement 24 % outre-Rhin). Et jusqu’à 50% des effectifs dans certains hôpitaux selon Philippe Juvin, chef des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou.

    ► Par l’incompétence administrative qui nous coûte « bonbon » : comme ces 8 500 respirateurs commandés d’urgence en mars par l’Etat à Air Liquide pour faire face à la pénurie, et qui ne font pas le poids dans une salle de réanimation ! « Si vous vous en servez pour un syndrome respiratoire aigu, vous risquez de tuer le patient au bout de 3 jours. Parce que ça n’est pas fait pour ça » s’alarme Yves Rebufat, anesthésiste-réanimateur. Une erreur à 30 millions d’euros.

    De l’argent, il y en a ! Le problème c’est qu’il est mal dépensé.

     

    Il arrose technocrates et bureaucrates, au lieu d’être investi sur le terrain : dans l’achat de matériels de pointe, le renforcement des effectifs et la rémunération des soignants. Si méritants.

     

    Et ça, ce n’est plus tolérable. Ça doit changer.

     

    Mais il y a pire...

    Devant nous, le risque « d’écroulement » économique

     

    Faute d’avoir un système de santé robuste, il a fallu ‘débrancher’ la France. Mettre à l’arrêt son activité, créatrice de richesses.

    Ceci aura des conséquences cataclysmiques :

     

    Edouard Philippe met en garde contre « le risque d’écroulement » de l’économie. Rien que ça !

     

    Et l’Etat, surendetté et insolvable, porte à bout de bras le pays tout entier.

     

    Les sommes mises en jeu par l’Etat sont pharaoniques :

    ·       24 milliards d’euros pour le chômage partiel qui indemnise nos salariés à hauteur de 80%. L’indemnisation la plus « généreuse d’Europe ».

    ·       7 milliards d’euros pour les PME et les indépendants.

    ·       350 milliards de garantie d’emprunt pour les entreprises.

    ·       3 Milliards d’euros pour Air France. Etc...

     

    Pire. Au moment où l’Etat tire des « chèques en bois » à coups de milliardsplus un seul euro ne rentre dans ses caisses. 

     

    Les rentrées financières de l’Etat s’effondrent. 

     

    A la mi-avril, déjà 43 Milliards d’impôts & taxes et 31 milliards de cotisations sociales manquent à l’appel.

     

    Parallèlement, l’avenir s’assombrit pour les Français. Nous devrons faire face tout à la fois :

    ·       A une récession économique sanglante (estimée à 10%-12% pour l'année 2020).

    ·       A un déficit budgétaire qui atteint déjà 185 milliards d’euros (7,5% du PIB).

    ·       A une dette publique de 2 740 milliards - qui nous fait perdre notre souveraineté. C’est 115% du PIB !

    ·       A un déficit de la Sécu qui se creuse à 41 milliards. « Un chiffre qui donne le tournis » avoue le M. Darmanin. Etc...

     

    Tout ça en à peine un mois de confinement. Ce n’est donc qu’un début.

     

    D’ailleurs, un 3ème projet de loi de finances rectificatif est d’ores et déjà à l’étude... « avec des chiffres encore plus impressionnants » prévient le Ministre Darmanin.

     

    La dégradation des comptes publics est une tendance de fond :

    « Je suis à la tête d’un Etat en faillite », s’affolait déjà François Fillon il y a 10 ans.

    « Nous dansons sur un volcan qui gronde de plus en plus fort », s’alarmait Edouard Philippe il y a 3 ans.

     

    Mais aujourd’hui, la machine s’emballe. Le ‘volcan’ est sur le point d’exploser.

     

    Et croyez-moi, il va falloir frapper très fort pour contenir ce volcan en ébullition. Comment ?

    Attendez-vous à une RAZZIA TOTALE

     

    Car la dette doit TOUJOURS être payée.

    Oui. Il faudra payer la note. Et cela passera :

     

    ► Par une hausse des prix qui démolira notre pouvoir d’achat

     

    Car la planche à billets tourne à tout-va ! La BCE va créer et injecter à elle seule 1 500 milliards d’euros dans le système.

     

    L’inflation, voyez-vous, a le bon goût de faire partir les dettes en fumée. Une aubaine pour les Etats surendettés qui ont tout intérêt à la déclencher.

     

    Mais pour nous, l’inflation est dévastatrice :

    C’est l’euthanasie assurée des rentiers immobiliers et des retraités.

    C’est aussi l’euthanasie des épargnants qui ne trouvent plus de rendement sur les marchés (la BCE imposant des taux à zéro) ; et voient leur épargne partir en fumée... et en taxes !

     

    ► Par un matraquage fiscal tous azimuts

     

    D’ores et déjà :

     

    Tous les syndicats réclament le retour de l'ISF en France.

     

    La député socialiste Christine Pires-Beaune réclame la taxation des grands contrats d’assurance-vie à hauteur de 45%.

     

    Trois économistes français prestigieux viennent de sortir un projet « d’ISF européen » clés en main :

    Rendement : 1,05 % du PIB de la zone euro pendant dix ans. Soit une ponction de 1 260 milliards d’euros.

     

    Le taux serait de 1% pour les fortunes supérieures à 2 millions d'euros, 2% au-dessus de 8 millions.

     

    D’autres économistes, comme le très libéral Jean Marc Daniel, estiment l’impôt COVID inévitable : « La sortie de crise suppose que la ‘danse sur le volcan’ cesse et que le gouvernement assume un impôt coronavirus » Etc...

     

    Après la crise, vous verrez, chacun va y aller de ‘sa bonne idée’.

     

    Cher contribuable, les attaques contre la propriété privée viendront de toutes parts. Impôts fonciers, taxes en tout genre, charges sociales, impôt société et sur le revenu, sur le patrimoine, les successions... attendez-vous à un feu d’artifice.

     

    L’Etat prédateur, l’Etat rapace, l’Etat sangsue fera feu de tout bois.

     

    Nous allons avoir du pain sur la planche, nous les Contribuables Associés. Mais avant cela...

    Je veux vous parler à cœur ouvert

     

    Nos lignes de défense ont été enfoncées par le confinement forcé. Votre serviteur, l’association Contribuables Associés, sort affaibli de cette crise.

     

    Nous avons payé nos charges les plus importantes. Mais les factures & loyers à payer s’accumulent.

     

    Nous n’avons pas pu déployer nos campagnes de mobilisation et d’actions, faute de moyens.

     

    Pourtant, soyez-en assuré, nous ne baisserons jamais les bras.

     

    Même genou à terre, avec vous à nos côtés, nous redresserons la barre et repartirons au combat. Vaillamment.

     

    ·       Parce les contribuables ont besoin d’un contre-pouvoir puissant qui prenne leur défense.

    ·       Et que nous sommes les contribuables les plus taxés au monde.

    Notre nation, plus que nul autre pays,
    a besoin d’une association de Contribuables puissante.

     

    Une association qui soit Force de proposition.

     

    Voilà pourquoi, pendant toute la durée du confinement je me suis battu comme un lion. Appelant les uns, écrivant aux autres. Tentant de mobiliser la fine fleur de nos meilleurs experts.

     

    Je me suis battu pour créer une dynamique. Parce que nous avons besoin de solutions urgentes et concrètes pour renflouer la France !

     

    Des solutions qui soient dans l’intérêt des contribuables, artisans, commerçants, restaurateurs, indépendants, professions libérales et des entreprises... Toutes les forces vives de la nation.

     

    Des solutions pour sauver notre pays de la faillite ; les entreprises de l’asphyxie ; les contribuables de la spoliation fiscale ; et les Français de la destruction du pouvoir d’achat.

     

    Je veux que la presse, les politiques et les Français s’emparent de ce projet. En parlent. En débattent.

     

    Je veux un électro-choc ! Une prise de conscience nationale ! 

     

    Vous seul pouvez mettre ce projet embryonnaire sur les rails.

     

    J’ai besoin de votre soutien pour qu’il voit le jour. Et pour mener une grande campagne de sensibilisation nationale.

     

    Nous ferons ainsi d’une pierre deux coups :

    ·       Nous mettons la pression sur le gouvernement et les élus,

    ·       Nous renforçons nos rangs et notre force de frappe. Pour que les contribuables cessent d’être pris pour des vaches à lait. 

     

    Cher(e) ami(e), cliquez ici pour nous envoyer s'il vous plaît votre don le plus généreux possibleVous savez que nous dépendons à 100% de vous. Alors je compte sur vous.

    De tout cœur, merci. Merci pour votre indéfectible générosité.

     

    Contribuables Associés sera toujours là pour défendre vos intérêts face à l’Etat prédateur.

    Eudes Baufreton

    Directeur de Contribuables Associés

    P.S.  N'attendez pas et cliquez ici. Notre programme de redressement pour la France doit monter en puissance au plus viteAvant que nos adversaires ne monopolisent le débat et imposent leurs idées.

     

    Une véritable course contre la montre va s’engager au sortir du confinement. Nous devons avoir une longueur d’avance sur eux.

     

    P.P.S. Plus que jamais, au sortir de ce long et douloureux confinement, votre association a besoin de vous. Cliquez ici et aidez nous !

    Les informations vous concernant font l’objet d’un traitement informatique destiné à l’envoi de newsletters d’information, d’emails d’appels à signature de pétitions et/ou d’emails afin de collecter des dons. Vos données sont conservées en conformité avec les directives de la CNIL. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de portabilité et d’effacement de vos données ou encore de limitation de traitement, en écrivant à Contribuables Associés 42, rue des Jeûneurs – 75002 Paris – contact@contribuables.org .


  • Logo FI
    Dimanche, retrouvez le meeting de clôture de l'Assemblée représentative numérique
    direct
    L’Agora : nouveau lieu de débat et de réflexion
    « La Boétie » : le nouvel institut de La France insoumise 
    Élections départementales et régionales : évolutions du mouvement et création d’un espace élections
    Groupes d’action : un budget national participatif pour financer ses actions d’auto-organisation et de solidarité
     
    Partagez la page des AMFiS autour de vous  !
     
    Participez à la consultation du comité d’amélioration du fonctionnement du mouvement
    Je participe à la consultation
     
    Nouvellement élu·e ? Indiquez-le sur la plateforme
     
    Les actualités de la semaine
    SONDAGE – 2022 : Mélenchon en tête de la gauche et devant LR
    LAWFARE — Déclaration de l’Assemblée représentative
     
    Les vidéos de la semaine
    Manu
    BCE

  • Nouveaux sur notre site http://bolivarinfos.over-blog.com

     
    En page d’accueil:
     
    1 )Venezuela : L'expulsion de l'ambassadrice de l'Union Européenne suspendue , un article d’Alba Ciudad du 2  juillet 2020 traduit par Françoise Lopez. A lire absolument: Maduro et Arreaza expliquent en détails les raisons de ce revirement qui devrait déboucher sur une grande victoire diplomatique pour le gouvernement Bolivarien. 
     
    2 )Venezuela : Les Etats-Unis veulent confisquer les bateaux iraniens qui livrent du pétrole au Venezuela  ,un  article du  Resumen Latinoamericano du 1° juillet 2020 traduit par  Françoise Lopez . Et ça continue, ils n’ont  toujours pas digéré l’aide apportée par l’Iran au Venezuela!
     
    3 )Venezuela : Le tribunal britannique refuse au Gouvernement du Venezuela l'or qui lui appartient  , un article d’Alba Ciudad du 2  juillet 2020 traduit par Françoise Lopez. Une véritable honte!…
     
    4 )Amérique Latine : L'économie régionale face à la pandémie , un article de Granma en français  du 30 juin 2020.
     
    5 ) Cuba : L'OPS et l'OMS reconnaissent l'efficacité de Cuba contre la COVID-19 , un article de Granma en français  du 1° juillet 2020.
     
    6 ) Cuba : Un Grand Maître des échecs cubain représentera désormais les États-Unis , un article de RHC en français du 2  juillet 2020. Le vol des talents a toujours été un gros problème pour cuba. Fidel n’a cessé de le  dénoncer…
     
     
     
    Bonne lecture à tous,
     
    Françoise Lopez

  • Le HuffPost

     

    Déconfinés... pour de bon? Chaque jour de la semaine, retrouvez à 18h notre sélection d'infos pratiques, témoignages, conseils et astuces pour vous accompagner face à l'épidémie de coronavirus. 

    Image

     

    Image

    Cette variante du Covid-19 doit-elle vous inquiéter?

    La variante du SARS-CoV-2 qui domine aujourd’hui dans le monde infecte plus facilement les cellules que celle qui est apparue à l’origine en Chine, ce qui la rend peut-être plus contagieuse entre humains, selon une étude publiée jeudi 2 juillet dans la revue Cell.La variante, nommée D614G, concerne une seule lettre de l’ADN du virus, à un endroit contrôlant la pointe avec laquelle il pénètre les cellules humaines. “Nous ne savons pas encore si une personne s’en sort moins bien avec elle ou non”, a commenté Anthony Fauci, directeur de l’Institut des maladies infectieuses américain.

    EN SAVOIR PLUS
    Image

     

    Image

    En Belgique, le festival Paradise City se réinvente grâce aux gestes barrières

    Des groupes de huit personnes sur des barques pour respecter la distanciation physique, un ravitaillement unique pour éviter les allers-retours au bar: ce festival de musique électronique belge a réussi à transformer les contraintes nées des consignes sanitaires en opportunité de se réinventer. Regardez.

    EN SAVOIR PLUS
    Image

     

    Image

    Un journaliste américain craque après un reportage dans un hôpital submergé

    Au moins 52.898 nouvelles infections au coronavirus ont été recensées aux États-Unis en 24 heures, un niveau record depuis le début de la pandémie. Dans certains hôpitaux, la situation est telle que ce reporter de CNN n'a pu contenir son émotion à l'antenne. De plus en plus d’hôpitaux acceptent de recevoir des journalistes pour alerter l'opinion publique sur l'avancée de l'épidémie. “C’est rare d’entrer dans un hôpital pour un sujet, explique le journaliste, mais ils nous laissent entrer, car ils veulent que les gens voient comment ça se passe à l’intérieur.”

    EN SAVOIR PLUS
    Image

     

    Image

    Cet aéroport de Taïwan propose des faux voyages aux touristes désespérés

    Bloqués à terre depuis plusieurs mois à cause de la crise du coronavirus, certains ont le mal du voyage. Pour y remédier, l’aéroport de Taipei à Taïwan a organisé une journée un peu particulière pour 60 passagers tirés au sort parmi 7000 postulants. Au programme: une journée dédiée au départ en vacances. Les faux voyageurs ont ainsi pu regoûter aux meilleurs moments passés dans un aéroport, des contrôles de sécurité à l’embarquement, en passant par le contrôle des billets.

    EN SAVOIR PLUS
    Image

     

    Image

    Il y aura jusqu’à 20.000 spectateurs par jour à Roland-Garros

    La FFT avait décidé de reporter à l’automne Roland-Garros, initialement prévu en mai. D’abord reprogrammés au 20 septembre, les Internationaux de France ont encore été repoussés d’une semaine de façon à laisser plus de temps après l’US Open. Les billets, qui seront mis en vente le 9 juillet pour les licenciés et le 16 juillet pour l’ensemble du public, permettront à 20.000 personnes de se rendre à Roland-Garros pour les premiers tours. Le nombre de spectateurs sera limité à 10.000 pour les finales.

    EN SAVOIR PLUS

     

     

    Le HuffPost

    Suivez Le HuffPost sur FacebookInstagram et Twitter